Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

Le révisionniste Macron .

MACRON ou micron?

Monsieur MACRON, candidat à la présidentielle et poulain de la BANQUE ROTHSCHILD, a fait cette déclaration ahurissante lors de son passage en Algérie :

«  La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime, un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie et çà fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant nos excuses à l’égard de celles et ceux pour lesquels nous avons commis ces gestes »

Macron, ignorant ?

Est-ce que ce garçon, énarque de son état, et que l’on nous présente comme un brillant sujet, se rend-il bien compte de ce qu’il dit ?

Est-il à ce point ignorant ou bien est-il un traître ?

Sait-il que l’Algérie n’existait pas et que c’est l’œuvre de la France ?

Sait-il ce qui a justifié la présence des français en Algérie ?

Sait-il que ce sont les français qui l’ont rendu féconde ?

Sait-il aussi qu’après le départ des français, toutes les structures existantes, créées et entretenues par les français ont été laissées à l’abandon, que désormais, les algériens viennent en France parce qu’ils ne peuvent pas subvenir à leurs besoins les plus élémentaires par eux-mêmes chez eux et que la pompe aspirante de tous les avantages sociaux, véritable caverne d’Ali-baba, les précipitent dans notre pays ?

Sait-il aussi que les français ont été tellement regrettés dans tous les pays d’Afrique qu’on les retrouve aujourd’hui en masse dans les banlieues  et ailleurs ?

Sait-il d’ailleurs, que l’on n’a encore jamais vu des populations souffrir du joug implacable de tortionnaires, venir se remettre volontairement sous la houlette de ceux qui les ont torturés ?

Un multi-révisionnisme forcené

Sait-il aussi que, dans les années qui ont suivi la décolonisation – dans les années 70-80 – les natifs des pays colonisés déploraient le départ de la France et auguraient de ce qui s’est passé : un naufrage généralisé, ce qui est corroboré par KOFI YAMGNANE, ancien ministre du TOGO, candidat à la présidence de la République qui, dans l’émission « çà vous regarde » sur LCP  et dont le thème était « Afrique, qu’a-t-elle fait de la liberté ? », a répondu à la question du journaliste lui demandant « qu’a fait l’Afrique depuis 50 ans ? » :

« Le TOGO, mon pays d’origine, n’a rien fait des 50 ans, c’est 50 ans pour rien, puisqu’aujourd’hui, les plus vieux dans les villages – j’ai eu l’occasion de tourner dans l’ensemble des villages du TOGO – les plus vieux disent : « Kofi, c’était tout de même mieux du temps des blancs ». C’est extraordinaire comme aveu d’échec « … C’était quand mieux du temps des blancs… ».
« Dans nos dispensaires, on n’a pas un flacon de mercurochrome, les blancs nous en donnaient, on était vacciné, on ne l’est plus, les écoles fonctionnaient, il n’y en a plus, il y avait des pistes qui étaient entretenues, il n’y en a plus, c’est vraiment…quand on regarde çà, on a envie d’en pleurer, effectivement… »

Sait-il aussi que dans ces mêmes années 70-80, les français parcourant les pays qui avaient été colonisés, ont pu faire le constat que partout où la France avait colonisé, les français étaient adorés , ajoutant par contre – sans vouloir être désagréable aux anglo-saxons – que partout où les anglais avaient colonisé, ils étaient détestés.

Sait-il aussi que c’est seulement à partir des années 90 où les africains sont arrivés en masse et à qui l’on pouvait être en droit de dire : « si vous avez besoin de nous, nous pouvons vous aider chez vous »  – qu’a été créée cette légende d’une colonisation faite au détriment des populations autochtones. Jamais nous n’en avions entendu parler auparavant, seulement 30 ans plus tard… En réalité, c’est la caste mondialiste dont l’objectif est de créer le chaos qui a usé et continue d’user de ce subterfuge éhonté pour bloquer toute éventualité d’aide de ces populations dans leur propre pays.

Sait-il également que le multi-révisionnisme a fait passer la raison de cette présence étrangère sur notre sol du « c’est parce qu’on est allé les chercher » au « ils fuient la guerre » – cela s’appelle de la désertion – en passant par le « c’est pour nous faire payer la colonisation » pour arriver aujourd’hui à prétendre que les colons français auraient commis un « crime contre l’humanité » ?

Jusqu’où ira ce révisionnisme forcené ?

Le Communisme : un baume pour l’humanité ?

Sait-il, par contre, que les COMMUNISTES ont beaucoup, beaucoup massacré et que c’est le « silence radio » sur ces massacres alors que des millions de morts dans le monde entier sont à porter à leur débit ?

Sait-il aussi pourquoi, ce silence assourdissant contre ce réel – celui-là – CRIME CONTRE L’HUMANITE ?

Nous sommes en droit de poser de nouveau cette question à ce pauvre garçon : « Etes–vous un ignorant ou êtes-vous un traitre ou bien tout simplement, avez-vous toute votre tête ? …et  au fait, votre nom, est-ce MACRON ou MICRON  ?

 

Racisme antifrançais et antiblanc, antisémitisme, appels au meurtre : l’abjection de la bobocratie révélée par son protégé, Mehdi Meklat.

 

 
Racisme antifrançais et antiblanc, antisémitisme, appels au meurtre : l’abjection de la bobocratie révélée par son protégé, Mehdi Meklat.
 

         Grâce au travail d’enquête et de pression de la réinfosphère, relayé par les réseaux sociaux, les tweets du dénommé Mehdi Meklat, principalement écrits entre 2012 et 2015, ont refait surface, juste au moment où cet individu se retrouvait en couverture des Inrockuptibles avec Christiane Taubira.

Meklat, contributeur du Bondy Blog, fut aussi chroniqueur dans l’émission de la militante Pascale Clark entre 2010 et 2015, sur la radio publique France Inter dont il est inutile de rappeler le degré scandaleux de propagandisme gauchiste. Il est en outre impliqué avec le journaliste Mouloud Achour dans les Editions du Grand Remplacement et TV Ramadan, dont les intitulés se passent de commentaires. Durant cette période, sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps, derrière lequel il essaie de se retrancher de la manière la plus honteuse qui soit, Meklat publia sur son compte Twitter un torrent d’immondices dont nous ne pouvons citer que quelques exemples, en évitant les plus ignobles :

          « Les blancs vous devez mourir asap  », « regrette que Ben Laden soit mort », « Marine Le Pen est à deux étages en dessous de moi. Je vais lui faire le coup Mohamed Merah », « Faites entrer Hitler pour tuer des juifs », « j’ai envie d’égorger quelqu’un selon le rite musulman », « pour l’Aïd, je vais égorger Brigitte Bardot dans ma baignoire ».

Des milliers de tweets de cet acabit ont été diffusés sur Internet puis repris par les médias acculés, avant que leur auteur n’en supprime 50 000 en une journée.

          La bobocratie médiatique voyait en lui un « talent des banlieues », un « porte-parole de la diversité » destiné à lutter contre le racisme de la « France moisie » : mal lui en a pris puisque son protégé, une fois encore, s’est révélé du pire racisme, accumulant les insultes, prétendant traquer une imaginaire islamophobie en proférant des appels au meurtre, des soutiens à l’islamisme et autres déjections mentales relevant de la pervesité pure, sous couvert de ce qu’il croyait être son immunité de descendant d’immigrés, musulman de surcroît.

          Ce fut donc la grande gêne dans la « gauche morale antiraciste » qui, à l’exception de Pascale Clark, de Claude Askolovitch et des journalistes des Inrocks, renonça à le défendre : même Christiane Taubira se fendit d’un mot de condamnation dans son habituel jargon. Cette gauche-là ne pouvait matériellement pas ignorer les tweets de Meklat : elle a donc laissé faire sciemment. Peu lui importait, tant que cela restait discret, qu’un « jeune des cités » adoubé par les bobos parisiens puisse appeler à la mort des juifs, des blancs et laisser libre cours à sa haine perverse.

          Nous sommes là au cœur de la mentalité « antiraciste » qui est un racisme en sens contraire : le racisme légitime à leurs yeux est un privilège dont bénéficient les immigrés et leurs enfants, surtout s’ils sont musulmans, cette « religion d’opprimés », il sert à la destruction du « vieux monde », de la société et des traditions honnis.

Ce deux-poids-deux-mesures scandaleux vient, à l’occasion de l’affaire Meklat, d’être à nouveau exposé au grand jour et cet individu n'est toujours pas en prison; voilà où nous en sommes en France .

 

 

16/02/2017

Malestroit (56). L’agression sauvage d’un habitant passée sous silence .

 

malestroit
 

15/02/2017 – 15h00 Malestroit (Breizh-Info.com) – L’agression – particulièrement violente – d’un habitant à Malestroit aurait-t-elle été passée sous silence, fin 2016 ? Selon nos sources, celle-ci serait survenue à la mi décembre 2016. Une agression que les autorités locales n’ont voulu ni confirmer ni démentir. L’origine extra européenne de l’agresseur aurait-elle compté pour imposer une forme d’omerta locale?

Plusieurs de nos sources, bien placées, ont été suffisamment précises concernant cette agression sauvage. En voici le récit.

Début novembre 2016, une famille d’immigrés a été accueillie à Malestroit . Cette famille d’origine nord-africaine est composé d’un couple et de leur fils âgé d’environ 27 ans. Ils auraient été logés gracieusement avec l’aide d’une association dans un pavillon.

 

Installé depuis 3 semaines, après avoir vécu quelques temps sur Toulouse où leur fils à eu affaire aux services de police pour des violences volontaires et trafic de stupéfiants, celui-ci est aperçu à maintes reprises à rôder autour de pavillons avoisinants. Il circule à vélo et son attitude « curieuse » interpelle les habitants du coin.

En décembre , sur le Pont neuf à Malestroit vers 2h du matin, il croise Monsieur D, un Malestroyen âgé de 42 ans qui rentre à son domicile . Il l’interpelle en langue étrangère en lui demandant de la cocaïne. Ce dernier – qui n’est pas consommateur de drogue – lui répond de pas en avoir et poursuit son chemin.

C’est alors que le dos tourné, l’homme lui saute dessus et commence à lui asséner des coups de poings dans la tête et dans le dos, il lui donne des coups de pieds qui le font chuter au sol. Au sol, la victime tente de repousser son agresseur avec ses pieds et à ce moment il entend le bruit caractéristique d’un cutter dont on sort la lame. L’agresseur lui porte alors des coups de cutter a hauteur de la gorge qu’il protège avec ses mains et ses avants bras.

L’homme devra son salut à sa capacité d’avoir pu se relever rapidement et de courir en hurlant en direction du centre de secours des pompiers de Malestroit situé non loin sur la route de Ruffiac. Son agresseur le poursuit puis s’enfuit à l’approche du centre de secours.

Les blessures sont impressionnantes et le bilan est sérieux. Le pouce d’une de ses mains pend et ne tient que par la chair. Pris en charge par les pompiers il est dirigé sur l’hôpital de Vannes en urgence.

Le bilan est effarant : une centaine de points de sutures sur les 2 mains, des tendons et extenseurs ont été sectionnés et il souffre de nombreuses plaies profondes aux avant bras. Le constat est évident, son agresseur a tout bonnement tenté de l’égorger . Aucune trace de cutter n’apparait ailleurs que sur les mains et les avants bras…

La victime, hospitalisée durant deux semaines et qui a dû subir trois heures d’intervention chirurgicale sur chaque main, ne sait pas si elle pourra retrouver l’usage totale de l’une d’elles, le pouce étant sévèrement touché. Elle est en convalescence chez sa mère.

Son agresseur, déjà connu des services de police à Toulouse, a été interpellé par les gendarmes de Malestroit et à l’issue de sa garde à vue à été mis en détention provisoire à la maison d’arrêt de Vannes. Le jugement pourrait se tenir courant mars.

Yann Vallerie