Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2016

Le Grand Orient appelle à donner la citoyenneté française à tous les clandestins !

 

 

logo-godf

Alors que des immigrés européens tout-à-fait réguliers et contrôlés, peinent parfois durant des dizaines d’années pour obtenir d’être naturalisés, selon le Grand Orient de France, il suffira d’entrer clandestinement en France, et de squatter un immeuble ou un bout de terrain pour obtenir, la plupart du temps sans même parler le français, la citoyenneté française avec tous les droits qui en découlent, comme, bien sûr, le droit de vote, le droit à toutes les aides sociales, et même le droit à la polygamie désormais entériné, puisque des immigrés réussissent à faire venir leurs seconde et troisième etc. femme, au titre du regroupement familial. 

La naturalisation de masse est une tradition de la gauche, qui puise ses directives au Grand-Orient depuis longtemps. François Mitterrand avait déjà naturalisé en masse les clandestins. Ce procédé est la manifestation du mépris le plus abouti pour les résidents étrangers qui ont honnêtement et individuellement fait les démarches pour obtenir leur nationalité française au cours des siècles et jusqu’à aujourd’hui, après s’être intégrés.

Quant aux Gaulois dont les pères, arrières-grands-pères et ancêtres ont versé leur sang pour la France, dont les parents, arrière-grands-parents et ancêtres ont travaillé pour construire ce pays, que tous ces Français de souche se le disent, ils ne sont rien de plus, et parfois moins, aux yeux des francs-maçons du Grand-Orient de France, que des immigrés clandestins venus des terres d’Islam en masse. Cet islam qui tant de fois à ravagé leur patrie, massacré et razzié leurs compatriotes en mer et sur les côtes pour en faire des esclaves. ces musulmans qui portent en eux leur propre histoire, leur propre civilisation et spiritualité, antagoniste de celle de France, pourront décider, à peine naturalisés en masse,  du sort de la France, alors qu’un nombre impressionnant de leur coreligionnaires sont déjà parvenus, par leur vote, à mettre François Hollande (Monsieur 4%) à la tête de notre pays,, avec les résultats catastrophiques que l’on connaît. Mais cela n’est rien; demain, un musulman prendra les rênes du pays, qui ne sera plus la France:

 

 

Communiqué du 28 octobre 2016 – Calais : après la « jungle », la citoyenneté

 
" Attentif depuis longtemps à la situation des réfugiés de Calais, notamment à travers l’action de sa Fondation, le Grand Orient de France se félicite du démantèlement de la « jungle ». Les conditions d’hébergement et de vie des réfugiés n’étaient pas dignes d’une grande démocratie. Il convient donc de saluer la décision qui permet à ceux d’entre eux susceptibles de demeurer en France d’être accueillis sur la totalité du territoire national.
Les efforts déployés par les élus locaux, les fonctionnaires, les associations, les citoyens individuellement, afin de faciliter l’accueil des réfugiés illustrent la tradition d’accueil et d’hospitalité de notre République. Tradition qui doit d’autant plus s’appliquer aux populations meurtries qui ont dû fuir la guerre, la barbarie et le fanatisme.
Notre devoir moral et civique nous enjoint à l’exercice immédiat et concret de la solidarité au nom de la Fraternité et de l’Humanisme.
Désormais, pour les réfugiés qui souhaitent s’installer durablement en France, la seule voie qui convient est celle de l’intégration et de la citoyenneté.
Le Grand Orient de France encouragera toutes les initiatives grâce auxquelles, demain, les réfugiés deviendront des citoyens à part entière, avec les droits et les devoirs qui s’appliquent à tous au sein de la communauté nationale. "

Parmi les avantages que le Grand Orient trouve à encourager la libanisation de la France, il y a la maîtrise électorale de ces nouveaux « citoyens », la concurrence déloyale de ces chômeurs qui arriveront sur le marché du travail, faisant baisser les salaires pour le plus grand profit des gros capitalistes. Du chaos que vont provoquer ces masses inassimilables, le Grand Orient espère bien tirer l’éradication de la civilisation chrétienne en mettant un terme à la religion traditionnelle de la France et des Français: le christianisme et plus encore le catholicisme. Il faut dire que parallèlement le terrain est bien préparé par la hiérarchie ecclésiale ...

emiliedefresne@medias-presse.info

 

03/11/2016

L' Etat islamique est semblable à la révolution française .

 

genocide_vendeen_revolution

Certains ont du mal à croire à la collusion entre les régimes maçonniques d’occident et l’Etat Islamique financé par ses alliés saoudien et qatari. Les parangons de vertus se drapent dans leurs « principes républicains » pour abattre Assad et soit-disant combattre l’Etat Islamique dont ils soutiennent leurs frères jumeaux que sont Al-Nosra ou Al-Qaida, les ex-terroristes du 11 septembre, devenu pour l’occasion des modérés…

Mais il suffit de faire un peu d’histoire pour comprendre pourquoi les horreurs perpétrées par Daesh n’effraient pas outre mesure la République maçonnique. Quand même, me dira-t-on l’air outré, vous oubliez les gens brûlés vivants ou noyés dans des cages de fer en public ? Vous oubliez les tueries de masse et les égorgements mis en scène comme à Palmyre ?

Certes non, mais comme nous allons le voir, la République Française n’a pas fait moins pire, et a même sans doute dépassé en horreur l’Etat Islamique comme le rappelle Reynald Secher, docteur ès lettres, écrivain, scénariste, et auteur du concept de mémoricide, quatrième crime de génocide :

La France aime donner des leçons au monde notamment dans le domaine des droits de l’homme, au titre qu’elle en serait à l’origine. Elle oublie de dire qu’en même temps, elle est aussi l’actrice du premier génocide idéologique en Vendée commis au nom de ces mêmes droits.

Dans ce cadre, il s’agissait de créer l’homme nouveau, ce qui passait obligatoirement par la disparition de l’homme ancien qui devait accepter d’être régénéré ou de disparaître. C’est à ce titre que la Révolution a éliminé la famille royale, une bonne partie du clergé, de la noblesse et, entre autres, des habitants de la Vendée militaire.

À l’heure actuelle, grâce à la découverte de documents originaux signés de la main même des auteurs de ces crimes, c’est-à-dire les membres du Comité de salut public et notamment Robespierre, Carnot, Barrère, etc. Nous avons reconstitué à la fois la pensée, les méthodes utilisées, les moyens déployés afin de mener à terme cette folie.

Ce crime est légal car conçu et mis en œuvre directement par le pouvoir exécutif et voté par la chambre des députés. Il se décompose en trois grandes étapes : du 1er août 1793 au 21 janvier 1794 avec l’utilisation de l’armée « masse » ; du 21 janvier au 13 mai 1794 avec le recours des colonnes infernales mobiles ; du 13 mai à la chute de Robespierre avec de nouveau l’utilisation de l’armée « masse ».

Mais éliminer une population conséquente évaluée à 815 000 habitants n’est pas chose aisée surtout, comme le déplorent les politiques, celle-ci refuse de se laisser massacrer, et pire, se défend. Tout dans ce crime de masse a été essayé, y compris l’horreur absolue comme l’utilisation de gaz, de fours… On y retrouve l’indicible comme les tanneries de peaux humaines, la fonte des corps pour la graisse…

Crime politique, crime honteux, crime inavouable, politiques comme historiens officiels, au nom de l’unité nationale, de l’idéologie et de la politique ont tout fait non seulement pour le masquer mais aussi pour inverser les causes et les conséquences faisant en sorte, qu’avec le temps, les bourreaux sont devenus les victimes et les victimes les bourreaux.

Alors de la Révolution française d’inspiration maçonnique à l’Etat Islamique…il y a des degrés où l’horreur n’a plus de classification…

 

La crémation est un rite barbare, impie et scandaleux, gravement illicite.

Mgr Lefebvre, l’évêque qui a sauvé la Tradition de l’Église après le funeste et révolutionnaire concile Vatican II disait en 1988 au cardinal Ratzinger, le futur Benoît XVI, ces paroles toujours autant d’actualité aujourd’hui :

« Éminence ce n’est pas nous qui faisons une Église parallèle puisque nous continuons l’Église de toujours, c’est vous qui faites l’Église parallèle en ayant inventé l’Église du Concile, celle que le cardinal Benelli a appelé l’Église conciliaire, c’est vous qui avez inventé une église nouvelle, pas nous, c’est vous qui avez fait de nouveaux catéchismes, de nouveaux sacrements, une nouvelle messe, une nouvelle liturgie, ce n’est pas nous. Nous, nous continuons ce qui a été fait auparavant. Ce n’est pas nous qui faisons une nouvelle Église ».

La révolution conciliaire est en marche, elle continue sur sa folle lancée, institue de nouveaux rites, rien ne semble pouvoir l’arrêter et stopper cette transformation radicale de l’Église catholique en une ONG chrétienno-humaniste aux pseudos vertus sociétales et totalement en rupture avec son passé. « Du passé faisons table rase » chante l’Internationale communiste. De la doctrine passée faisons table rase pourraient tout aussi gaiment fredonner les ecclésiastiques conciliaires, pape en tête, en quête de lendemains qui chantent.

C’est aux rites traditionnels concernant les funérailles que s’attaque cette fois-ci le Vatican en publiant, mardi 25 octobre 2016, une instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi, approuvée par le pape argentin, « Ad resurgendum cum Christo » sur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas de crémation. Si dans cette instruction, la congrégation rappelle que l’Église préfère l’inhumation des corps, elle permet dorénavant, de façon officielle, la crémation et établit des normes pour la conservation des cendres. Pour que Grand-Pape ne trône pas sur la cheminée renaissance du salon entre l’angelot en résine de Chine et la chaîne hi-fi japonaise !

Il est vrai que dès 1963, début de la révolution conciliaire, le Saint-Office, tout en demandant de « maintenir fidèlement la coutume d’ensevelir les corps des fidèles » a permis subversivement la crémation en utilisant de l’argument tendancieux qu’elle n’est pas « contraire en soi à la religion chrétienne », pourvu qu’elle ne soit pas la manifestation d’« une négation des dogmes chrétiens ». Pourtant jusqu’à cette date, l’incinération n’était pas permise par l’Église catholique sauf cas extrême d’épidémie ou de peste. Le Saint-Office a du prévoir des épidémies sempiternelles…

Le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, continue sur cette  lancée conciliaire. Progressiste notoire considéré, à tort, un conservateur depuis le Synode sur la Famille durant lequel il s’est opposé aux réformes bergogliennes sur la communion aux « divorcés-remariés », il s’appuie sur la hausse de cette pratique crématoire chez les catholiques pour en défendre sa légitimation nouvelle : « On peut raisonnablement dire que, dans un futur proche, dans de nombreux pays, la crémation sera considérée comme la pratique ordinaire. » a-t-il expliqué mardi 25 octobre lors de la présentation de l’instruction. La Rome moderniste accrédite ces rites crématoires pour être au diapason de pratiques tout-à-fait contraires à la doctrine catholique mais qui sont à la mode ! C’est ainsi que fonctionne la machine du progressisme : au nom d’un « progrès » pratique et considéré inéluctable, on innove et on révolutionne. Pour s’adapter aux mentalités nouvelles ! Et tant pis si cela rompt avec un passé multi-séculaire et sage. Avec un brin d’hypocrisie l’instruction précise :

« Si l’Église continue de préférer l’inhumation des corps, elle n’interdit pas la crémation et « ne voit pas de raisons doctrinales pour prohiber cette pratique. En effet, la crémation du cadavre ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la toute-puissance divine de ressusciter le corps ». L’Église précise que « les cendres du défunt doivent être conservées normalement dans un lieu sacré, à savoir le cimetière ou, le cas échéant, une église ou un espace spécialement dédié à cet effet par l’autorité ecclésiastique compétente ». »

Pourtant la doctrine traditionnelle, qui dans le cas de la sépulture des corps remonte à l’Ancien Testament, a toujours considéré l’inhumation comme le seul rite catholique. La loi de Moïse considérait un devoir sacré d’ensevelir les morts, même les condamnés ou les ennemis. L’Ancien Testament en parle clairement avec Tobie qui, au péril de sa vie, prenait soin d’enterrer, la nuit, les morts qu’il avait cachés dans sa maison pendant le jour.

Sous Charlemagne, en 789 la crémation est interdite et par la suite réservée comme châtiment aux hérétiques.

Le 19 janvier 1926 une instruction du Saint Office affirmait :

« Puisqu’il en est beaucoup, même parmi les catholiques, qui n’hésitent pas à célébrer cette coutume barbare qui répugne non seulement à la piété chrétienne, mais encore à la piété naturelle envers les corps des défunts, et que l’Église, dès les origines, a constamment proscrite, […] il faut avertir les fidèles que cette crémation des cadavres n’est louée et propagée par les ennemis du nom chrétien qu’à la seule fin de détourner peu à peu les esprits de la médiation de la mort, de leur enlever l’espérance en la résurrection des morts, et de préparer ainsi la voie au matérialisme. »

L’Église a donc toujours condamné la pratique de l’incinération sauf exception due aux épidémies. Les motifs d’ordre économique et hygiénique invoqués aujourd’hui pour la crémation dérivent d’une pensée naturaliste et matérialiste. En 1917 l’article 1203 du code de droit canonique de l’Église catholique spécifiait fermement :

« Les corps des fidèles doivent être ensevelis ; leur crémation est réprouvée. Si quelqu’un ordonne, de quelque manière que ce soit, de livrer son corps à la crémation, il est défendu d’exécuter cette volonté. Si cette condition est opposée à un contrat, testament ou acte quelconque, on la considérera comme non avenue » et l’article 1240 : « En outre, celui qui a donné un tel ordre (certain et non excusé par la bonne foi) doit être privé de sépulture ecclésiastique (même si l’incinération n’a pas lieu par le fait d’un tiers), à moins qu’il n’ait donné avant de mourir, des signes de repentir » .

Le pape Pie XI écrit, quant à lui, en 1926 que

« la crémation est un rite barbare, impie et scandaleux, gravement illicite. »

Il est vrai que chez les protestants, les athées, dans les religions orientales et asiatiques ainsi que dans les temples occultes la crémation est particulièrement en vogue. Et a réussi à s’imposer dans le monde conciliaire soumis à la puissance des lobbies maçonniques qui ont en haine toutes les coutumes catholiques. Aujourd’hui, qu’on se le dise on a le droit d’être catholique et cramé !

Cette Instruction « Ad resurgendum cum Christo » est donc un acte funéraire de plus à inscrire dans le grand mouvement progressiste et moderniste inauguré par la révolution conciliaire pour changer l’Église, révolution poursuivie et menée tambour battant par le pape François. Qui veut réduire en cendres toute la doctrine catholique et, pourquoi pas, la caser dans une urne funéraire entre le Bouddha ventru et la statue de Luther sur une table en forniqua de la maison Sainte-Marthe …

Requiescat in pace !