Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2018

Le gouvernement, avec l’appui du PS, fait illégalement délivrer un « diplôme » pour blanchir l’imam salafiste de Brest qui légitimait le viol des femmes non-voilées .

 

BREIZATAO – POLITIKEREZH (21/12/2017)

Comme nous l’annoncions le 31 octobre 2016, l’imam salafiste de Brest affilié aux Frères Musulmans (source) avait entamé un pseudo cursus universitaire en coordination avec le ministère de l’Intérieur et l’aide du PS en Bretagne afin de le blanchir aux yeux de l’opinion et ainsi poursuivre sa politique d’alliance avec les islamistes.

 

Tentative gouvernementale grossière de réhabilition du prédicateur salafiste

Objectif : fournir un « Diplôme Universitaire » (DU) à Rachid Abou Houdeyfa et l’institutionnaliser. En Bretagne, le Parti Socialiste Français joue un rôle moteur dans l’alliance avec les Frères Musulmans et c’est sans surprise l’ancien ministre socialiste et ex-maire de Roazhon (Rennes), Edmond Hervé, qui a présidé à la remise du diplôme précité au prêcheur salafiste...

Le prédicateur salafiste Rachid Abou Houdeyfa aux côtés de ses parrains socialistes et gouvernementaux lors de sa remise de « diplôme » frauduleuse

 

Le journal socialiste « Le Télégramme », allié à la mairie socialiste de Brest, s’est livré à la promotion de ce tour de passe-passe politico-administratif (source) :

Rachid El Jay, plus connu sous le nom de Rachid Abou Houdeyfa, s’était en effet inscrit à cette nouvelle formation déployée par l’université rennaise. Une promotion de neuf femmes et six hommes qui ont choisi pour parrain l’ancien maire de Rennes et ministre socialiste Edmond Hervé. La remise du diplôme s’est faite en présence de ce dernier, tout comme du préfet de Bretagne Christophe Mirmand et du président de l’Université de Rennes 1 David Alis.

Nous l’avions déjà expliqué à cette époque, une telle délivrance est parfaitement illégale, le prédicateur islamiste ne disposant pas du niveau d’études nécessaire (lire ici). Rachid El Jay s’expose donc à une procédure d’annulation devant le tribunal administratif si des citoyens vigilants décident de faire tourner court cette grossière manipulation socialiste au profit du prédicateur islamiste.

La presse d’état, Le Télégramme et Ouest-France en tête, se livre sur ordre à une campagne de réhabilitation de cet agitateur religieux, conformément à la politique d’indigénat progressivement mise en oeuvre sur le territoire français et breton par le gouvernement central.

Son objectif : créer un système d’administration parallèle des populations afro-musulmanes en s’appuyant sur les islamistes, Frères Musulmans en tête.

Cette politique du ministère de l’Intérieur et du Parti Socialiste repose sur l’approche du fait accompli et n’a à ce stade aucun caractère officiel. La population bretonne se voit imposer cette politique par le gouvernement central et ses relais politiques et médiatiques « régionaux ».

Ainsi donc, celui dont l’ancien Président de la République François Hollande disait qu’il prêchait dans un « lieu de haine » ne s’est jamais aussi bien porté qu’en 2017 et ce grâce au soutien inconditionnel du Parti Socialiste en Bretagne.

 

La bienveillance – pour ne pas dire la complicité – de la mairie socialiste de Brest est d’ailleurs telle, que le prédicateur salafiste a pu ouvrir en 2016 une madrassa (école coranique) où sont embrigadés les enfants qui y sont envoyés (lire ici).

Proche de l’islamiste Marwan Muhammad, organisateur de prières de rue

Rachid Abou Houdeyfa est affilié à la confrérie islamiste des Frères Musulmans et fréquente certaines de ses figures les plus connues, notamment Marwan Muhammad. Ce dernier était encore récemment en pointe de l’agitation islamiste à Clichy-la-Garenne où il haranguait les musulmans présents pour les encourager à envahir l’espace public afin de faire pression sur la municipalité.

11/01/2018

L’Eglise Catholique conciliaire exige que l’Etat ne puisse plus rechercher les clandestins dans les mosquées, en faisant de facto des sanctuaires pour djihadistes infiltrés ! ...

BREIZATAO – ETREBROADEL (11/01/2018)

Le clergé catholique , s’inscrivant dans une dérive de plus en plus marquée, a encore renforcé son alignement sur les organisations immigrationnistes d’extrême-gauche mais aussi sur l’agenda arrêté par la finance internationale en matière d’immigration.

La Conférence des Evêques de France a appelé à faire des mosquées des lieux où l’état ne pourrait plus intervenir pour expulser des migrants clandestins, transformant de facto ces dernières en zone où ne s’exercerait plus la souveraineté française.

Libération :

L’Eglise catholique a demandé mercredi, lors d’une conférence de presse, la «sanctuarisation des centres d’hébergement» marquant ainsi son désaccord avec la circulaire du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, diffusée aux préfets début décembre. Cette circulaire, qui permet d’identifier les sans-papiers présents dans les structures d’accueil, avait provoqué la colère des associations. «Les personnes doivent pouvoir s’y rendre en confiance», a soutenu Carlos Caetano, directeur de la Pastorale des migrants, le service de l’épiscopat dédié à ce dossier. Le prêtre a aussi inclus dans cette «sanctuarisation» les écoles, les hôpitaux et les lieux de cultes.

Si cette mesure était adoptée comme l’exige le clergé catholique – qui rompt là son devoir de neutralité politique en s’ingérant dans un domaine strictement régalien – elle serait une véritable aubaine pour les organisations djihadistes.

Comme l’ont démontré les attaques du Bataclan et de Nice, des migrants clandestins musulmans s’infiltrent en Europe et en France pour y commettre des attentats. Si les mosquées échappaient au contrôle du gouvernement, comme le prône à présent le clergé catholique conciliaire, elles deviendraient de facto des forteresses idéales pour les djihadistes, ces derniers étant certains de ne pas y être recherchés.

Pour protester contre les menées subversives de l’agent pro-islamiste George Pontier, contactez l’intéressé ici :

Tél. : 04 91 14 28 90
Fax. : 04 91 31 06 81
archeveque-marseille@wanadoo.fr

10/01/2018

Avec Macron, le grand remplacement s' accélère et l' on note une hausse importante du nombre de demandeurs d'asile en 2017 !

 

 

Avec Macron, le grand remplacement s' accélère  :

"La France a enregistré un peu plus de 100.000 demandes d'asile en 2017, un niveau "historique", avec une forte hausse des dossiers déposés par des ressortissants d'Albanie et d'Afrique de l'Ouest, a indiqué lundi à l'AFP Pascal Brice, le directeur général de l'Ofpra (...) cela confirme que la France est dans les tout premiers pays de la demande d'asile en Europe", notamment derrière l'Allemagne qui s'attend à un peu moins de 200.000 dossiers cette année.

Sachant qu'il n'y a quasiment aucune expulsion des dossiers refusés (64%), la demande d'asile est donc bien une nouvelle filière d’immigration clandestine qui augmente de 100 000 la population étrangère en France chaque année. Ceux qui disent que le solde de l'immigration en France est nul sont des menteurs...

Notons aussi que le mythe des "migrants" venant de pays en guerre est également un énorme mensonge quant on regarde les pourcentages de demandes en fonction des pays : "L'an dernier, le premier pays d'origine des demandeurs d'asile a en effet été l'Albanie (...) forte progression des ressortissants de pays d'Afrique de l'Ouest, notamment des Ivoiriens dont le nombre a plus que doublé (...) Algériens (+24%)".