Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2017

Dans l' île de Saint-Martin, c’est la chasse aux Blancs !

 

 Le journal La Dépêche, peu suspect d’être un média suprématiste blanc, révèle le témoignage d’Isabelle, Toulousaine de naissance, qui vit sur l’île antillaise de Saint-Martin depuis 25 ans.

Cette médecin, qui séjourne actuellement en vacances à Toulouse, a habituellement, du fait de son métier, les nerfs solides. Mais depuis hier, elle est en panique totale et lance un appel au secours car elle craint pour la vie de son mari et de son fils qui sont, eux, sur l’ïle antillaise ravagée par l’ouragan Irma.

Ses dires sont corroborés par les témoignages d’autres résidents de l’île, qui, sur les réseaux sociaux, racontent que ces gangs défoncent les portes des maisons et disent « dehors les Blancs ».

« Mon mari et mon fils sont en danger de mort, comme une grande partie de la population. C’est la guerre civile là-bas. On commence à entendre parler dans les médias des pilleurs qui ont dévalisé les magasins après le passage de l’ouragan, mais on est bien loin de la réalité. Des bandes de voyous ont dévalisé et détruit le bâtiment des douanes, et ont volé le stock d’armes qui s’y trouvait. Depuis jeudi soir, ils sillonnent l’île masqués et cagoulés et s’attaquent aux maisons encore debout dans lesquelles les habitants se sont réfugiés« , raconte-t-elle, au bord des larmes.

« Je les ai eu hier soir au téléphone, ils sont tétanisés de peur. Ca tire autour de notre maison dans laquelle ils sont barricadés avec six amis qui sont chez nous parce leur villa a été détruite, poursuit-elle. Ils ne peuvent pas sortir. Ils disent que les agresseurs circulent par bande de dix, sont sans foi ni loi et sont prêts à tirer pour récupérer de la nourriture ou de l’argent. »

La Dépêche

 

05/09/2017

Paris – Des musulmans prient dans la crypte de l’église Saint-Christophe de Javel avec la complicité du père Yannick André !

 
Eglise St-Christophe de Javel, Paris XV

Suite à un gros dégât des eaux dans leur salle de prière de la rue de Javel (XVe) qu’ils louent à Paris Habitat, les musulmans viennent dérouler leur tapis de prière… dans la salle paroissiale de l’église Saint-Christophe de Javel avec la bénédiction du curé, le père Yannick André, véritable caricature de pro-pro !

Tous les vendredis du mois d’août, des musulmans sont déjà venus prier dans la crypte qui fait office de salle paroissiale de l’église Saint-Christophe-de -Javel, rue de la Convention (XVe). Et cela devrait encore continuer un certain temps.

Mohammed Benali, le président de la salle de prière de Paris XVe, explique volontiers que le rabbin de la synagogue Adath Shalom de la rue George-Bernard-Shaw a proposé de les aider pour les travaux, et le curé a proposé de prêter sa salle. Notez la différence : le rabbin, lui n’a pas proposé d’ouvrir un quelconque lieu de sa synagogue pour que les musulmans viennent y prier. C’est une aide matérielle qu’il a proposé pour que les musulmans puissent remettre en état leur salle de prière. Ici encore, le dindon de la farce de ce relativisme religieux, c’est le curé de l’Eglise conciliaire.

Lidl ment et fait de la" pub" pour le ramadan !

 

L’affaire de la croix effacée d’une photo d’une église illustrant des produits vendus par les magasins Lidl mérite que l’on s’y attarde.

Quelques minutes de recherches suffisent à prouver que lorsque le porte-parole de Lidl déclare « Nous évitons l’utilisation de symboles religieux car nous ne souhaitons exclure aucune croyance religieuse», il se moque du monde.

RTL signale une info reçue d’un auditeur indigné : la chaîne de magasins Lidl a fait effacer une Croix sur une photo de Grèce illustrant l’emballage d’une moussaka.

« Je suis scandalisé par les magasins Lidl qui pour vendre des produits grecs efface sur des photos de la Grèce, une partie de son paysage et de sa culture », nous a écrit Antoine, mardi soir, via notre bouton orange Alertez-nous. « Je vous laisse voir les photos« , ajoute-t-il.

La photo montre une petite église orthodoxe aux coupoles d’un bleu intense qui contraste avec le blanc de ses murs et qui se dresse à flanc de falaise sur l’île de Santorin.

Ce paysage illustre les emballages de la gamme de produits grecs ERIDANOUS « Original Greek Product » (« Produit grec original »). Moussaka, yaourt, pistaches ou encore feta sont vendus chez Lidl sous cette marque, avec à chaque fois la photo de l’église orthodoxe… étonnamment sans croix.

RTL a interrogé le porte-parole de Lidl qui avoue la transformation de la photo. « Nous évitons l’utilisation de symboles religieux car nous ne souhaitons exclure aucune croyance religieuse», a répondu le représentant du géant allemand de la grande distribution...

« Nous sommes une entreprise qui respecte la diversité et c’est ce qui explique la conception de cet emballage », a-t-il encore ajouté. Pour Lidl, la meilleure façon de respecter la « diversité » serait donc d’effacer les croix sur des emballages de produits vendus en Europe, continent chrétien ? ...

 

A l’approche du ramadan, Lidl ne manque jamais d’émettre un catalogue vantant les saveurs d’Orient, avec des produits certifiés halal, un certificat… religieux.

 

On y trouve alors des allusions explicites au ramadan. Et le ramadan est bien religieux.

Bref, pour en revenir à la croix effacée des emballages des produits grecs vendus par Lidl, il apparaît plus que probable que c’est pour ne pas effaroucher sa clientèle musulmane établie… chez nous.