Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2016

La crémation est un rite barbare, impie et scandaleux, gravement illicite.

Mgr Lefebvre, l’évêque qui a sauvé la Tradition de l’Église après le funeste et révolutionnaire concile Vatican II disait en 1988 au cardinal Ratzinger, le futur Benoît XVI, ces paroles toujours autant d’actualité aujourd’hui :

« Éminence ce n’est pas nous qui faisons une Église parallèle puisque nous continuons l’Église de toujours, c’est vous qui faites l’Église parallèle en ayant inventé l’Église du Concile, celle que le cardinal Benelli a appelé l’Église conciliaire, c’est vous qui avez inventé une église nouvelle, pas nous, c’est vous qui avez fait de nouveaux catéchismes, de nouveaux sacrements, une nouvelle messe, une nouvelle liturgie, ce n’est pas nous. Nous, nous continuons ce qui a été fait auparavant. Ce n’est pas nous qui faisons une nouvelle Église ».

La révolution conciliaire est en marche, elle continue sur sa folle lancée, institue de nouveaux rites, rien ne semble pouvoir l’arrêter et stopper cette transformation radicale de l’Église catholique en une ONG chrétienno-humaniste aux pseudos vertus sociétales et totalement en rupture avec son passé. « Du passé faisons table rase » chante l’Internationale communiste. De la doctrine passée faisons table rase pourraient tout aussi gaiment fredonner les ecclésiastiques conciliaires, pape en tête, en quête de lendemains qui chantent.

C’est aux rites traditionnels concernant les funérailles que s’attaque cette fois-ci le Vatican en publiant, mardi 25 octobre 2016, une instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi, approuvée par le pape argentin, « Ad resurgendum cum Christo » sur la sépulture des défunts et la conservation des cendres en cas de crémation. Si dans cette instruction, la congrégation rappelle que l’Église préfère l’inhumation des corps, elle permet dorénavant, de façon officielle, la crémation et établit des normes pour la conservation des cendres. Pour que Grand-Pape ne trône pas sur la cheminée renaissance du salon entre l’angelot en résine de Chine et la chaîne hi-fi japonaise !

Il est vrai que dès 1963, début de la révolution conciliaire, le Saint-Office, tout en demandant de « maintenir fidèlement la coutume d’ensevelir les corps des fidèles » a permis subversivement la crémation en utilisant de l’argument tendancieux qu’elle n’est pas « contraire en soi à la religion chrétienne », pourvu qu’elle ne soit pas la manifestation d’« une négation des dogmes chrétiens ». Pourtant jusqu’à cette date, l’incinération n’était pas permise par l’Église catholique sauf cas extrême d’épidémie ou de peste. Le Saint-Office a du prévoir des épidémies sempiternelles…

Le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, continue sur cette  lancée conciliaire. Progressiste notoire considéré, à tort, un conservateur depuis le Synode sur la Famille durant lequel il s’est opposé aux réformes bergogliennes sur la communion aux « divorcés-remariés », il s’appuie sur la hausse de cette pratique crématoire chez les catholiques pour en défendre sa légitimation nouvelle : « On peut raisonnablement dire que, dans un futur proche, dans de nombreux pays, la crémation sera considérée comme la pratique ordinaire. » a-t-il expliqué mardi 25 octobre lors de la présentation de l’instruction. La Rome moderniste accrédite ces rites crématoires pour être au diapason de pratiques tout-à-fait contraires à la doctrine catholique mais qui sont à la mode ! C’est ainsi que fonctionne la machine du progressisme : au nom d’un « progrès » pratique et considéré inéluctable, on innove et on révolutionne. Pour s’adapter aux mentalités nouvelles ! Et tant pis si cela rompt avec un passé multi-séculaire et sage. Avec un brin d’hypocrisie l’instruction précise :

« Si l’Église continue de préférer l’inhumation des corps, elle n’interdit pas la crémation et « ne voit pas de raisons doctrinales pour prohiber cette pratique. En effet, la crémation du cadavre ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la toute-puissance divine de ressusciter le corps ». L’Église précise que « les cendres du défunt doivent être conservées normalement dans un lieu sacré, à savoir le cimetière ou, le cas échéant, une église ou un espace spécialement dédié à cet effet par l’autorité ecclésiastique compétente ». »

Pourtant la doctrine traditionnelle, qui dans le cas de la sépulture des corps remonte à l’Ancien Testament, a toujours considéré l’inhumation comme le seul rite catholique. La loi de Moïse considérait un devoir sacré d’ensevelir les morts, même les condamnés ou les ennemis. L’Ancien Testament en parle clairement avec Tobie qui, au péril de sa vie, prenait soin d’enterrer, la nuit, les morts qu’il avait cachés dans sa maison pendant le jour.

Sous Charlemagne, en 789 la crémation est interdite et par la suite réservée comme châtiment aux hérétiques.

Le 19 janvier 1926 une instruction du Saint Office affirmait :

« Puisqu’il en est beaucoup, même parmi les catholiques, qui n’hésitent pas à célébrer cette coutume barbare qui répugne non seulement à la piété chrétienne, mais encore à la piété naturelle envers les corps des défunts, et que l’Église, dès les origines, a constamment proscrite, […] il faut avertir les fidèles que cette crémation des cadavres n’est louée et propagée par les ennemis du nom chrétien qu’à la seule fin de détourner peu à peu les esprits de la médiation de la mort, de leur enlever l’espérance en la résurrection des morts, et de préparer ainsi la voie au matérialisme. »

L’Église a donc toujours condamné la pratique de l’incinération sauf exception due aux épidémies. Les motifs d’ordre économique et hygiénique invoqués aujourd’hui pour la crémation dérivent d’une pensée naturaliste et matérialiste. En 1917 l’article 1203 du code de droit canonique de l’Église catholique spécifiait fermement :

« Les corps des fidèles doivent être ensevelis ; leur crémation est réprouvée. Si quelqu’un ordonne, de quelque manière que ce soit, de livrer son corps à la crémation, il est défendu d’exécuter cette volonté. Si cette condition est opposée à un contrat, testament ou acte quelconque, on la considérera comme non avenue » et l’article 1240 : « En outre, celui qui a donné un tel ordre (certain et non excusé par la bonne foi) doit être privé de sépulture ecclésiastique (même si l’incinération n’a pas lieu par le fait d’un tiers), à moins qu’il n’ait donné avant de mourir, des signes de repentir » .

Le pape Pie XI écrit, quant à lui, en 1926 que

« la crémation est un rite barbare, impie et scandaleux, gravement illicite. »

Il est vrai que chez les protestants, les athées, dans les religions orientales et asiatiques ainsi que dans les temples occultes la crémation est particulièrement en vogue. Et a réussi à s’imposer dans le monde conciliaire soumis à la puissance des lobbies maçonniques qui ont en haine toutes les coutumes catholiques. Aujourd’hui, qu’on se le dise on a le droit d’être catholique et cramé !

Cette Instruction « Ad resurgendum cum Christo » est donc un acte funéraire de plus à inscrire dans le grand mouvement progressiste et moderniste inauguré par la révolution conciliaire pour changer l’Église, révolution poursuivie et menée tambour battant par le pape François. Qui veut réduire en cendres toute la doctrine catholique et, pourquoi pas, la caser dans une urne funéraire entre le Bouddha ventru et la statue de Luther sur une table en forniqua de la maison Sainte-Marthe …

Requiescat in pace !

 

20/10/2016

Au sujet des établissements d’enseignement privés hors contrat .

 

LE COMBAT ESSENTIEL

 

Le 9 juin 2016, le ministre de l’Éducation nationale, Mme Najat Vallaud-Belkacem, annonçait une réforme des modalités d’ouverture des établissements d’enseignement privés hors contrat.

Ces écoles, qui n'ont pas passé de contrat avec l'État, sont encore libres dans la mesure où elles peuvent choisir leurs équipes éducatives, leurs méthodes pédagogiques et leurs programmes. Elles sont indépendantes parce qu’elles ne reçoivent aucune subvention de l’État, ne vivant que des sacrifices des familles et du dévouement de leurs enseignants.

  Le gouvernement, inquiet de l’augmentation importante du nombre d’élèves scolarisés dans ces établissements, déclare vouloir remédier à des enseignements attentatoires aux valeurs républicaines! ... Le    ministre envisage même de faire adopter un amendement lui permettant de mener cette réforme par voie d’ordonnance sans passer par le Parlement. Le laïcisme, professé par une majorité de républicains, ne s’accommode pas d’un enseignement religieux.

Et pour l’Éducation nationale, premier budget de l’État, qui produit chaque année 140 000 élèves illettrés ou en très grave difficulté de lecture, le bon niveau des élèves des écoles catholiques hors contrat est un rappel intolérable de la baisse générale de celui des écoles publiques.

Le projet d’une « autorisation préalable » est une remise en cause du principe fondamental de la   liberté d’ouverture d’un établissement scolaire, ce qui conduit à restreindre la liberté de l’enseignement, pourtant garantie par leur Constitution républicaine. Nous imaginons sans mal que l’ouverture de nouvelles écoles devra répondre à des normes incompatibles avec la foi catholique. Quant aux écoles existantes, pour réduire leur intérêt il suffira d’ajouter aux examens, BEPC et Bac, des épreuves relevant de l’endoctrinement mondialiste, sociétal et communautariste. Le but est donc bien d’étouffer toute velléité de résistance aux idéologies. La menace  contre les écoles hors contrat se précise. Leur disparition est programmée. Vincent Peillon nous l’avait rappelé :  La laïcité française, son ancrage premier dans l'école, est l'effet d'un mouvement entamé en 1789, celui de la recherche permanente, incessante, obstinée de la religion qui pourra réaliser la Révolution comme promesse politique, morale, sociale, spirituelle. Il faut pour cela une religion universelle : ce sera la laïcité. Il lui faut aussi son temple ou son église : ce sera l'école. Enfin, il lui faut son nouveau clergé : ce seront les hussards noirs de la république.

Une nouvelle fois, les catholiques et tous ceux qui reconnaissent l’existence d’une loi naturelle et divine vont se trouver opposés aux lois de la république. Que vont-ils faire ? 

Verrons-nous encore des partis politiques, petits ou grands, s’emparer de l’affaire pour mobiliser, au seul profit de leurs mouvements, les pauvres réactionnaires en mal de manifestations et de pétitions ? Nous connaissons pourtant le résultat. Aller battre le pavé parisien, croire que par ce moyen la loi morale va l’emporter sur la loi républicaine, c’est peine perdue… depuis près de cent cinquante ans, depuis toujours.

Devons-nous laisser faire sans protester ? Certes, à court terme, une nouvelle défaite s’annonce mais la cause est trop importante, un combat retardateur s’impose. Comme pour toute action, la prière est certainement l’arme première dans ce combat et des responsables religieux ont déjà lancé un appel. Nous aimerions que des évêques français emboitent le pas. Relayée par les médias indépendants, la bataille juridique devrait également révéler la vérité à beaucoup de Français. Mais le combat vital n’est-il pas celui qui mettra fin à la descente aux enfers, celui qui amorcera la reconquête, celui qui effacera les innombrables défaites subies depuis plus d’un siècle ? Ce combat essentiel, c’est celui qui rétablira la monarchie car :

Pour la monarchie traditionnelle, gouverner, c’est s’appuyer sur les vertus de la France, c’est développer tous ses nobles instincts, c’est travailler sans relâche à lui donner ce qui fait les nations grandes et respectées, c’est vouloir qu’elle soit la première par la foi, par la puissance et par l’honneur.  

Tant que les contre-révolutionnaires ne voudront pas reconnaître cette évidence et chercheront, dans l’espoir d’être plus forts, une alliance avec les adeptes d’autres idéologies, la Révolution aura de beaux jours devant elle.

 

14/10/2016

Si la France est malade, ce n'est pas d'abord du chômage, c'est que son âme est blessée.

Imaginons deux hommes de même constitution ayant subi le même grave accident qui les a menés aux portes de la mort. Si nous revenons quinze jours plus tard à l’hôpital, nous serons sans doute étonnés d’apprendre que l’un est mort, tandis que l’autre semble ressuscité. Que s’est-il passé ? Le premier, anéanti par la souffrance, s’est laissé emporter sur la pente douce de l’endormissement fatal. Le second, lui, a refusé de mourir, tout son être s’est mobilisé pour faire " repartir la machine ", une véritable rage de vivre l’a envahi et a donné à son corps l’énergie nécessaire pour que les médicaments produisent un effet inespéré, pour que la mort recule craintivement.

Ce qui a fait la différence entre les deux, c’est la vitalité de leur âme. Chez l’un, elle était comme fatiguée de lutter, de souffrir. L’autre, au contraire, a mis en pratique la devise du maréchal de Lattre de Tassigny : " Ne pas subir ".

 

Notre France est malade : c’est une trivialité de le constater. Contre cette langueur mortelle, " on a tout essayé ", diraient les politiques : plus de droits de l’homme, plus de socialisme, de libéralisme, plus de laïcité, de " vivre ensemble ", de " valeurs républicaines ", de démocratie... Mais rien n’y fait. La maladie continue de progresser.

 

Le problème, c’est que tous les remèdes proposés concernent le corps de la France. Il est vrai que notre pays souffre de difficultés économiques, de tensions sociales, d’une immigration incontrôlée, d’insécurité et de terrorisme, d’un chômage massif. Mais ceci n’est que la conséquence d’un mal plus profond et, faute de soigner celui-ci, on administre d’inutiles emplâtres.

Si la France est malade, ce n’est pas d’abord du chômage ou de la crise économique : c’est que son âme est blessée, altérée. Guérissez son âme, et la France revivra. Rendez-lui son âme, et les problèmes que connaît notre pays (et ils existent, bien sûr) trouveront une solution.

 

L’âme de la France est chrétienne. On peut tourner le problème de tous les côtés, on peut discuter pendant cent sept ans, on ne sortira pas de cette évidence solaire : l’âme de la France est chrétienne. Or, ce qui a constitué le geste fondateur de la modernité en France, c’est précisément la rupture entre le Christ et la France, lors de la Révolution. À partir de ce jour, parce que la racine de sa vitalité était coupée par le laïcisme, notre pays est comme entré en agonie.

 

Les effets les plus graves de cette rupture mortelle ne sont néanmoins pas apparus tout de suite : car la France vivait sur l’élan de la chrétienté. Les institutions issues du christianisme étaient encore largement en place, les moeurs étaient imprégnées de christianisme.

Toutefois, de génération en génération, cette empreinte chrétienne s’est progressivement effacée.

Les moeurs se sont paganisées. La France a commencé à subir cette perte de mémoire historique et spirituelle, cette décomposition morale qui la caractérise aujourd’hui.

Plus graves encore ont été les lois scélérates qui institutionnalisent le mal, l’installent dans la société comme une chose normale, depuis la loi Naquet sur le divorce, en 1884, jusqu’à la loi sur les unions infâmes, en passant par la loi Veil sur l’assassinat des enfants, sans oublier ces lois d’euthanasie qu’on nous promet.

 

Il restait toutefois une institution qui conservait intactes les traditions françaises : c’était l’Église. Hélas ! à partir des années cinquante, les hommes d’Église ont commencé à tourner le dos à leur devoir et à vouloir à tout prix rejoindre la modernité dans ce qu’elle a de plus contestable. Cette trahison des clercs s’est accélérée avec le concile Vatican II et la période qui l’a suivi, dont le symbole est mai 1968.

Cependant, ce processus de décadence, s’il est très grave, n’est pas irrémédiable. Si l’âme de la France est atteinte, elle n’est pas encore définitivement morte, car elle survit dans tous les Français qui veulent conserver la foi catholique et les traditions nationales.

 

Pour inverser ce processus, il faut impérativement que chaque Français conscient du drame que connaissent notre pays et notre civilisation travaille au salut de la France. Nous avons besoin d’évêques vraiment catholiques et " gardiens de la cité ". Nous avons besoin de prêtres zélés, humbles, fervents, missionnaires. Nous avons besoin d’hommes politiques clairvoyants, habiles, courageux et habités d’une foi profonde. Nous avons besoin de soldats catholiques, de chefs d’entreprise catholiques, d’ouvriers et de paysans catholiques, d’enseignants catholiques, de policiers catholiques, de juges catholiques, de médecins catholiques...

Bref, il faut que les catholiques se réapproprient les postes majeurs de notre pays, non pas pour se servir eux-mêmes, mais pour servir la France. Il faut que les chrétiens reconquièrent méthodiquement leur patrimoine national, pour le rendre au Christ-Roi. Il faut que les disciples de Jésus cessent de subir avec résignation et tremblement une dictature mentalement étrangère aux traditions françaises, pour refaire une France vraiment catholique, et par là pleinement française.

 

Abbé Christian Bouchacourt .