Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La "justice" française à l' oeuvre: Un an ferme pour Alain Soral qui qualifie le Panthéon de «déchetterie casher» ! ...

 

 

Condamné en septembre à 24 mois de prison, dont 18 ferme, pour avoir diffusé en ligne un clip de rap jugé antisémite, Alain Soral écope d’encore un an de prison pour avoir comparé le Panthéon à une «déchetterie casher».

Alain Bonnet, dit Soral, a été de nouveau condamné à de la prison ferme, mercredi à Paris, cette fois à une peine d'un an pour avoir qualifié le Panthéon de «déchetterie casher» dans une vidéo postée l'an dernier sur son site Internet, rapporte l’AFP.

Alain Soral, 60 ans, qui n'était pas présent à l'audience en juin, a été reconnu coupable d'injure publique antisémite et de provocation à la discrimination, la haine ou à la violence envers les juifs.

Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions du parquet, dénonçant sa «haine obsessionnelle persistante» et «sans la moindre inhibition» envers les juifs.

Alain Soral ne recule pas «devant le fait de salir et de poursuivre par-delà la mort» les victimes du nazisme, «par le choix de ses mots qui sont la prolongation d'actes de mort et qui sont en eux-mêmes actes de haine et de provocation», a estimé le tribunal dans sa décision, consultée par l'AFP.

 
 
Le tribunal a également ordonné le retrait de la vidéo lorsque la condamnation sera définitive. Alain Soral devra en outre verser 1.000 euros de dommages et intérêts à la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et un euro symbolique à trois autres associations antiracistes parties civiles.

 

Lors de l'audience, son avocat Damien Viguier avait affirmé que «les propos de Soral sont de la provocation, pas des actes appelant à la violence».

Soral, déjà condamné à de multiples reprises, s'est vu infliger la même peine d'un an ferme en janvier à Bobigny pour avoir injurié une magistrate et tenu des propos antisémites sur son site Internet, puis en avril à Paris pour négationnisme.

En septembre, il a déjà été condamné à 18 mois ferme à Bobigny pour avoir diffusé un clip de rap antisémite qui n' était poutant pas de son cru .

 

 

Ceci montre bien, une fois de plus, que la justice censée défendre les français ne sert qu' à les embastiller dès qu' ils dénoncent les lobbys juifs ou l' islamisation de notre pays !

 

 

Un simple "fait divers" qui vient de se passer à Saint-Brieuc montre bien que l' on prend les français pour des C ...

 

(02/10/2019) Deux Marocains de 29 et 44 ans ont comparu devant le tribunal de Saint-Brieuc pour répondre d’une détention de 23 kilos de cannabis. Ils ont été relaxés pour vice de procédure.

Lundi 9 septembre 2019, au petit matin, une vaste opération destinée à démanteler un réseau de trafiquants d’héroïne est mise en place aux alentours de la rue Paul Bert à Saint-Brieuc. Le secteur est quadrillé par un contingent militaire réquisitionné pour porter main forte aux forces de l’ordre.

23 kilos de cannabis dans un sac

Devant ce dispositif, un homme sortant d’un immeuble un sac de sport à la main prend la fuite en voyant les gendarmes. Il est appréhendé après une brève poursuite. Dans son sac, les gendarmes découvrent plus de 23 kilos de résine de cannabis.

Menotté, il est ramené vers l’entrée de l’immeuble d’où il venait de sortir. Au passage, il interpelle en marocain un autre homme qui est dans une voiture garée tout proche.

Ironie du sort, les deux hommes arrêtés n’ont strictement rien à voir avec la souricière mise en place pour démanteler le trafic d’héroïne qui va suivre.

Lors des différents interrogatoires et perquisitions, les deux prévenus multiplient les fausses déclarations. Ils disent ne pas se connaître, mais les enquêteurs découvrent qu’ils sont beaux frères.

Le prévenu interpellé au volant de sa voiture dit ne rien comprendre à cette histoire. Quant au second, il dit ignorer ce que contenait le sac qu’il aurait trouvé sur le palier. Puis au cours de la garde à vue, les deux hommes finissent par se rejeter mutuellement la responsabilité des faits.

Vice de procédure

L’affaire semble pliée pour les deux hommes mais dès l’ouverture des débats devant le tribunal, leurs avocats soulèvent avec force les vices de procédure qui entachent le dossier et plaident la nullité du procès dans son intégralité.

Lors des interpellations, les deux prévenus, ne parlant pas Français, auraient en effet dû bénéficier d’un interprète pour leur signifier leurs droits comme le stipule la loi. Hors ce n’est que 3 heures plus tard, alors que les perquisitions étaient terminées, qu’ils ont pu être informés dans leur langue des faits qu’ils leurs étaient reprochés.

Pour la procureur, les vices de procédure sont balayés, les faits sont avérés, on ne parle pas d’un petit joint qu’on jette en voyant un gendarme, mais de 23 kilos de cannabis. Elle requiert pour les deux prévenus entre 3 et 4 années d’emprisonnement, le maintien en détention ainsi qu’une amende douanière de 40 000 euros.

Mais après 4 h de débat, et 3 heures de délibéré, la présidente rend son jugement : elle ordonne la relaxe des deux prévenus en prononçant la nullité de la procédure comme plaidée par les deux avocats.

Malgré des faits avérés et les 23 kilos de cannabis saisis, ils sont donc ressortis libres du tribunal! ...

 

 

 

Les commentaires sont fermés.