Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2018

Les mensonges de Macron et de son gouvernement à propos du réchauffement climatique et du pouvoir d' achat n'ont pas berné les français !

Le mouvement qui a endossé le gilet d’alerte est pour le moins hétéroclite. Il est un rassemblement de mécontents, ou peut-être même seulement d’insatisfaits. Ils ne comprennent plus le langage présidentiel qui a dit tout et fait tout le contraire.

Le chef de l’Etat avait promis une augmentation du pouvoir d’achat et elle n’est pas là. Il annonce 25 milliards de baisse des prélèvements obligatoires et la réalité est qu’il y en aura 11,9 de plus, 37 Md€ d’écart !

Les gens ordinaires n’ont pas besoin de calculs compliqués et d’un décryptage réservé aux initiés des budgets de l’Etat et de la Sécurité sociale pour se rendre compte que l’essence est plus chère à la pompe et leur fin de mois plus difficile. Il a exonéré, avec retard sur le calendrier initial, les salariés de cotisations maladie et chômage, mais n’en profitent pas les retraités, les chômeurs, les bailleurs…

De l’exonération de taxe d’habitation, 20% en sont privés de manière discriminatoire, et les personnes non imposables à l’impôt sur le revenu qui en étaient déjà exonérés en tout ou partie, n’en profitent pas non plus ou guère !

Il a joué aux chaises musicales pour masquer l’incapacité de l’Etat à réduire ses dépenses.

Et il continue en laissant déjà entrevoir une réforme des retraites qui amputera les pensions de réversion et ne remettra pas en cause la répartition qui précipitera inéluctablement la pauvreté de pensionnés de plus en plus nombreux quand les actifs le seront de moins en moins. Rien n’a été fait dans le bon sens et la violence qui les déborde exprime aussi le ras le bol des gilets jaunes.

Bien sûr chaque parti politique essaie d’accaparer ce mécontentement si bigarré que les partis y trouvent tous un peu de leur programme, pour rétablir l’ISF et une plus grande progressivité de l’impôt sur le revenu avec les Insoumis, s’opposer aux immigrants avec le RN ou sauver le petit commerce en taxant les gros avec LR. Seuls LREM essuie les plâtres tandis que les écolos restent cois en attendant que passe l’orage pour reprendre leur folle construction d’un Etat toujours plus puissant afin de combattre "leur monstre du Loch Ness" qui réchauffe la terre (mensonges sur le réchauffement climatique habilement élaborés par les mondialistes via le GIEC avec de surcroît les taxes CO2 ...) .

Mais cela ne saurait satisfaire les foyers ordinaires qui vivent autrement la réalité de leur quotidien !

 

 

Ce serait l’occasion de remettre à plat un système déboussolé qui a encore créé 11 taxes, pour plus de 11 Md€, depuis le début de ce mandat et qui continue.

L’opposition de droite n’est pas en reste : dernièrement Gilles Carrez a demandé l’augmentation de la taxe de bureau et de la taxe de séjour pour financer le budget du Grand Paris Express et le Sénat a voté ces derniers jours, à la demande du groupe Les Républicains (LR), le relèvement, repoussé à l’Assemblée par la majorité LREM, de 13,27 % à 18,02% en 2019 de la taxe sur les complémentaires santé, ce qui aurait pesé sur les assurés pour 1,5Md€.

Mais de son coté l’Assemblée nationale dévouée au président de la République a voté l’augmentation de la taxe générale sur les activités polluantes qui passera de 450 millions d’euros en 2017 à environ 800 millions en 2025.

Et plus les impôts augmentent, plus il faut créer de dérogations pour en atténuer les effets avec des crédits pour ceux qui payent trop de CSG ou de TICPE ou qui accueillent des migrants… Ce qui n’empêche pas les parlementaires de s’adonner à des futilités pour interdire les fessées, pourchasser les éventuelles fake news qui les gênent, imposer l’égalité hommes/femmes de manière artificielle, mais sonnante et trébuchante, dans les entreprises…

 

Les commentaires sont fermés.