Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2018

L’inquiétante dérive vers le national-sionisme des partis « identitaires » européens .

 

A l’approche des élections européennes, il y a lieu de s’inquiéter du développement de ce qui peut être qualifié de national-sionisme, c’est-à-dire d’OPA du sionisme sur différents partis, mouvements et médias considérés comme populistes ou identitaires.

L’approche est toujours identique : sur base du légitime désir de préserver son pays d’une immigration en grande partie islamique, un dirigeant d’un parti, d’un mouvement ou d’un média « patriote » est contacté par certains émissaires sionistes généralement prêts à se montrer « généreux » si des « convergences » semblent envisageables… avec les intérêts israéliens...

 

La dernière illustration en date de ce phénomène est l’annonce par l’américain Steve Bannon, qui se dit lui-même sioniste, de l’installation à Bruxelles de bureaux et d’experts d’une nouvelle organisation baptisée « The Movement » qui aurait pour intention de fédérer les populismes européens. La première question qui se pose : qui paye ? Or, il n’est un secret pour personne que de nombreuses initiatives de Steve Bannon ont reçu l’appui financier de « mécènes » sionistes. Et les premiers relais de Steve Bannon en Europe sont tous connus comme ayant adopté une position sioniste, comme nous l’avons déjà démontré dans un précédent article.

Le phénomène a démarré depuis plusieurs années. En décembre 2010, il était symbolisé par le voyage effectué en Israël par des représentants du FPÖ autrichien, du Vlaams Belang et du SD (parti des démocrates suédois dont il a beaucoup été question récemment). Parmi eux, H.C. Strache et Filip Dewinter. Tous avaient été accueillis par des officiers de Tsahal et avaient accepté de porter le béret rouge de l’armée israélienne…

Elus du FPÖ, du VB et du SD (suédois) avec le béret rouge israélien. Au centre H.C. Strache.

Les organisateurs de cette visite en Israël se nommaient David Ha’Ivri, administrateur des colonies de Shomron, et Hillel Weiss.

Hillel Weiss est une figure éminente du mouvement sioniste. Il croit en la nécessité de reconstruire le temple et d’instaurer la domination juive sur le Grand Israël. Il s’était opposé à une visite du pape Benoît XVI en Israël. En octobre 2014, Hillel Weiss a été accusé par plusieurs médias israéliens, dont Haaretz, de préconiser « l’annihilation des Palestiniens ».  Weiss avait créé la controverse en déclarant qu’il n’y avait pas de génocide contre le peuple palestinien, les Arabes palestiniens n’ayant jamais constitué un « peuple ».

Quelques mois après avoir organisé la visite d’élus du FPÖ, du Vlaams Belang et du SD en Israël, David Ha’Ivri et Hillel Weiss faisaient un tour d’Europe, avec l’appui de ces mêmes élus et prenaient la parole dans différents parlements, du parlement flamand au parlement européen.

Hillel Weiss prenant la parole au Parlement Européen
Filip Dewinter, figure du Vlaams Belang, entouré de Hillel Weiss et David Ha’Ivri en visite en Belgique

 

Ci-dessous, quelques vidéos qui illustrent tout ceci. Dont Marine Le Pen, très amie avec la Ligue de Défense Juive.

 

 

 

 

 

(Source MPI)

Les commentaires sont fermés.