Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2018

Routes dégradées en France: «l’État n’a pas fait son boulot» !

 

En France, les routes sont en bien mauvais état comme le constate un rapport commandé par le ministère des Transports.

Une situation qui n’est pas sans conséquence pour les usagers, selon Pierre Chassenay, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes.

 

 
« On avait mis un coup de pied dans la fourmilière » se félicite Pierre Chassenay, délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, qui lançait en 2015 l'opération participative "J'ai mal à ma route" pour donner la possibilité aux automobilistes de signaler les routes en mauvais état.

 

Trois ans plus tard, une étude consacrée à "l'état du réseau routier national non concédé" se penche sur "la politique d'entretien de ce réseau", soit 12.000 km d'autoroutes et de routes nationales gérées par l'État. Le rapport est « accablant », comme le titrait le 21 juillet dernier le Journal du Dimanche (JDD) qui a pu consulter cet audit réalisé à la demande du ministère des Transports

« Le réseau routier se dégrade et on est passé à la septième place du niveau européen […] On a une sécurité routière qui brille par son incompétence à faire un bon boulot », déplore Pierre Chassenay:

Menée entre octobre 2017 et février 2018, l'étude montre que 17% du réseau présente aujourd'hui « un état de dégradation important », et 7% des autres infrastructures (ponts, tunnels) nécessitent des travaux de rénovation.

« Sur ce coup là, il faut saluer Élisabeth Borne […]. Elle commande une enquête qu'elle fait fuiter dans la presse, et derrière elle sait qu'elle va être dans l'obligation d'agir… C'est courageux un ministre qui dit que l'État n'a pas fait son boulot»

 

 
 
En effet, les auteurs de l'audit constatent "un sous-investissement chronique en matière d'entretien routier", rapporte le JDD. Pour Hervé Maurey, sénateur de l'Eure et président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, interrogé par l'hebdomadaire, « quand on a besoin de boucler un budget, on rabote sur l'état du réseau […]. C'est de la mauvaise politique, car plus on tarde à investir, plus les investissements seront importants ». Un mauvais état des routes peut-il avoir un impact sur les accidents?

 

« Je m'en réfère à une étude parlementaire de 1995 qui annonce que 47% des accidents impliquent un mauvais état et entretien de la route. Quasiment un sur deux […]. Il n'existe aucune autre étude qui met en avant le lien entre accident de la route et infrastructures routières », explique Pierre Chassenay.

L'opération "J'ai mal à ma route", devenue par la suite une application, a permis que des préfectures « en tant que garant[e]s de la sécurité routière et départementale », puissent agir sur le terrain et « corriger le tir », à l'exception de certaines, selon Pierre Chassenay.

« Une majorité de préfectures bossent positivement avec notre application […] Mais on a encore certaines préfectures qui jugent qu'[elles] n'ont pas besoin de nous. Mais quand on creuse un peu, on s'aperçoit que ce sont des partisans du ‘80', et d'un discours officiel complètement lisse » ! ...

Actuellement en cours d'arbitrage, la loi d'orientation des mobilités devrait être présentée en Conseil des ministres à la rentrée.

 

Les commentaires sont fermés.