Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2018

Les évêques conciliaires seraient payés par Sörös pour promouvoir le génocide de l’Europe !

 

http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2016/12/Schneider.jpg

 

C’est une bombe  que vient de lâcher l’évêque kazakh d’origine allemande Athanasius Schneider dans un entretien accordé au quotidien italien de centre-droit Il Giornale dans son édition du 27 juin.

Il fait état d’un plan organisé par le financier juif György Schwartz dit « George Sörös » pour détruire l’Europe, déclarant notamment :

« Le phénomène de la soi-disant « immigration » est un plan orchestré et préparé depuis longtemps par les puissances internationales pour changer radicalement l’identité chrétienne et nationale des peuples européens. Ces puissances utilisent l’énorme potentiel moral de l’Eglise et leurs structures pour atteindre plus efficacement leur objectif antichrétien et anti-européen : à cette fin on abuse du vrai concept de l’humanisme et même du commandement chrétien de la charité ».

 

Rappelons aussi que des proches de Donald John Trump liés à l’église catholique ont déclaré que le Pape Benoît XVI avait été victime d’un véritable coup d’Etat fomenté par la CIA et l’Administration Obama (plus exactement un proche d’Hillary Diane Clinton et de George Sörös, le déviant sexuel conciliaire John David Podesta, qui l’ont poussé à la démission et fait remplacer par Jorge Mario Bergoglio, dont le mépris pour les peuples européens est notoire).

 

Au passage, il commente l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement italien : « Je ne suis pas et je ne connais pas bien la situation politique italienne, donc je ne peux rien en dire, mais si un gouvernement d’une quelconque nation européenne essaie d’accentuer sa souveraineté et son identité historique, culturelle et chrétienne face au totalitarisme d’une espèce de la nouvelle Union Soviétique, que l’on appelle aujourd’hui l’Union européenne avec une idéologie maçonnique sans équivoque, cela mérite certainement d’être salué ». Pour autant, il ne lui délivre pas un blanc-seing, notamment sur l’homosexualité :

« L’Église catholique ainsi que toute personne humaine de bon sens et de raison directe a toujours rejeté l’activité homosexuelle. Confier à des soi-disant couples homosexuels des enfants signifie une violation d’un droit fondamental de chaque enfant de grandir et d’être éduqué par un père et une mère. L’attribution d’enfants à des soi-disant couples homosexuels est en fin de compte un abus moral des enfants, le plus petit et le plus sans défense. Ce phénomène restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes dégradations de la civilisation. Ceux qui combattent aujourd’hui cette injustice retentissante sont les vrais amis des enfants et des héros de notre temps ».

Dans le même entretien, le Cardinal en profite pour donner un coup de patte au Concile Vatican II :

« Il y a déjà quarante ans que le Pape Paul VI a constaté de façon réaliste la situation suivante dans la vie de l’Eglise ». On croyait qu’après le Concile il y aurait une journée ensoleillée pour l’histoire de l’Eglise est venu au lieu un jour de nuages, de tempête, d’obscurité, de questionnement, d’incertitude. Depuis les fissures, la fumée a pénétré dans Satan le temple de Dieu. « » Cette situation a été aggravée au cours des dernières décennies au point qui a forcé le grand cardinal Carlo Caffara d’affirmer quelques mois avant sa mort : « Seuls les aveugles peuvent nier que, dans l’Église, il y a une grande confusion ». De même au sujet de l’intercommunion : « Nous devons examiner le problème dans ses racines L’effet propre de la communion eucharistique est l’union parfaite de tous les membres de l’Église Par conséquent, la même réception de l’Eucharistie – y compris dans ce qu’on appelle les cas d’urgence – par un protestant ou orthodoxe, en dernière analyse, est un mensonge, car l’admission d’une telle Eucharistie non-catholique continue intentionnellement à rejeter l’intégrité de la vérité catholique et la communion hiérarchique, selon le principe théologiquement contradictoire de l’article 844 du code de droit canon qui parle de « « intercommunion » en cas d’urgence. Les propositions des évêques allemands « contredisent la pratique constante de l’Eglise au cours des deux mille ans ».

 

Hristo XIEP

 

Les commentaires sont fermés.