Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2018

Assassinat d’une octogénaire juive : hystérie et folie tous azimuts jusqu' à Macron inclus

Si un assassin veut faire la une des gazettes et des journaux télévisés pendant plusieurs jours, s’il veut que son acte entraîne une manifestation nationale avec tous les politiciens et toutes les institutions du régime républicain, s’il veut que le chef de l’Etat lui-même se mêle publiquement de l’affaire, mieux vaut pour lui s’en prendre à une personne d’origine ou de confession israélite tant s’en prendre à un juif, comme l’avait dit le ci-devant Premier ministre Manuel Valls, c’est s’en prendre à ceux qui sont aux « avant-gardes de la République », ce qui au passage suppose que d’autres composent l’arrière-garde ! Comme d’ordinaire, dans ce genre d’affaires, on crie tout de suite, avant même que l’enquête ait commencé, au crime antisémite. Crierait-on aussitôt au crime anti-catholique si une octogénaire baptisée et pratiquante était assassinée par un malfrat sans scrupules ? Evidemment non. 

L’assassinat de Mireille Knoll qui a été lardée de coups de couteau et en partie carbonisée est évidemment abominable et en dit long sur l’évolution de la société. Autrefois, même les assassins les plus endurcis ne s’en seraient pas pris à une vieille dame sans défense, âgée de 85 ans et souffrant qui plus est de la maladie de Parkinson. On vit dans un monde où il n’y a plus aucune limite au mal, à l’horreur, à l’abjection, à la sauvagerie. Même les pires malfrats avaient naguère une forme de code de l’honneur : on ne s’en prenait pas à un enfant innocent, à un handicapé ou à un vieillard. Et les pédophiles, ou plutôt pédomanes, lorsqu’ils se retrouvaient derrière les barreaux pour avoir violé et tué un mineur, étaient très mal vus des autres prisonniers qui, malgré les forfaits dont ils s’étaient eux-mêmes rendus coupables, restaient horrifiés par le crime particulièrement affreux et ignoble qui consiste à agresser et à massacrer un enfant sans défense. Aujourd’hui on n’en est même plus là : le mal ordinaire est sans limites, profond, terrible, effrayant et nous laisse sans voix. On nous parle ad nauseam de la barbarie qui se serait donnée libre cours pendant la dernière guerre mondiale mais que fait-on aujourd’hui devant la barbarie, bien réelle, qui est là sous nos yeux ?

 

L’assassinat de Mireille Knoll répond à des mobiles essentiellement crapuleux. Ses deux assassins qui s’accusent mutuellement du crime sont des bêtes féroces, pour l’une au moins alcoolisée, ayant des problèmes psychiatriques et désireux de s’enrichir. Ils se sont connus en prison. Ils n’auraient jamais dû en sortir. Comme souvent, ce sont les récidivistes qui commettent froidement les crimes les plus affreux. Yacine Mihoub, 28 ans, encore « une chance pour la France », est le fils de la voisine du septième étage de l’immeuble parisien où habitait Mireille Knoll qu’il connaissait bien. Sa personnalité est instable, nous disent les gazetiers : en effet, dans le passé, il a « menacé de brûler l’immeuble » de sa mère, « de faire sauter » le magasin qui l’avait employé puis licencié, et a été admis à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. Plus grave encore, l’individu est aussi connu de la justice notamment pour avoir agressé sexuellement la fille de l’aide à domicile de Mireille Knoll, âgée de 12 ans. Après seulement quelques mois de prison, il a été libéré en septembre 2017, ce qui est proprement scandaleux, mais ce qui n’étonne pas plus que cela dans leur Système reposant sur l’inversion des valeurs. Auteur de plusieurs vols, l’autre suspect, Alex Carrimbacus, un marginal de 21 ans, a aussi séjourné en prison où il a fait la connaissance de Yacine Mihoub. 

Du fait de l’allongement de la vie, il y a de plus en plus de personnes âgées qui vivent seules et qui sont évidemment des proies faciles pour les agresseurs. Il est aisé de les braquer, de les cambrioler, de les voler, de les violenter, de les torturer et de les tuer. Et plus encore sans doute quand ce sont des femmes, ce qui est fréquent, l’espérance de vie des personnes du sexe, comme l’on disait autrefois, restant nettement plus élevé que celle des hommes. Dans de nombreux villages et bourgs, on ne compte plus les rues et les maisons où vit une vieille dame seule. Les enfants et petits-enfants, quand elle en a eus, vivent et travaillent loin d’elle. En général ils ne viennent la visiter que rarement. Toutes ces vieilles dames se retrouvent le plus souvent dans un isolement total. Elles sont donc des proies rêvées pour les malfrats et assassins en tous genres qui pullulent dans notre pays et qui savent que, même si on les retrouve, ils ne risquent pas grand chose, puisqu’en prison ils sont logés, nourris, chauffés, ont la télévision et peuvent adoucir encore leur séjour en se livrant à toute une série de petits trafics. 

 

Comme toujours dans ce genre de circonstances, les dirigeants du CRIF, en ont fait des tonnes, cherchant toujours à culpabiliser et diaboliser tous ceux qui n’ont pas l’heur de leur plaire.

Ils avaient ainsi indiqué que la présence de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen n’étaient pas souhaitées lors de la manifestation nationale du 28 mars organisée pour rendre hommage à la victime et pour lutter contre l’antisémitisme. Le premier payait son refus de soutenir inconditionnellement la politique israélienne à l’égard des Palestiniens, laquelle a encore fait ces jours-ci des dizaines de morts et des centaines de blessés parmi des civils désarmés, la seconde n’était pas désirée du fait de son patronyme, Le Pen. La présidente du Front national a eu beau multiplier toutes ces années les génuflexions, les reptations, les soumissions à l’égard des dirigeants de la communauté juive, de l’entité sioniste où elle a vainement essayé de se rendre à plusieurs reprises, envoyant en éclaireurs son concubin sépharade Louis Aliot puis Nicolas Bay, elle a eu beau chasser du parti son propre père coupable de défendre l’honneur du maréchal Pétain et de manquer de respect religieux à l’égard du Dogme, elle n’est toujours pas agréée par le CRIF. Ni à son dîner annuel, ni aux manifestations de rue qu’il organise ! ...

 

 

Écrire un commentaire