Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2018

Démographie en France : une catastrophe nationale.

 

Périodiquement, les media nous informent que la natalité en France a enregistré une baisse inquiétante : en 2017, celle-ci a été de moins 14 000. En tout, 785 000 bébés sont nés, soit le plus bas niveau depuis 1999 . Ce qui n’a pas empêché la population de notre pays d’atteindre, au 1er janvier 2018, 265 000 habitants de plus que l’année précédente et de compter désormais 66 991 000 d’habitants. Cette croissance serait due essentiellement à l’excédent des naissances par rapport aux décès. À +198 000, ce solde naturel est cependant le plus faible depuis quarante ans ans, même s’il reste le principal moteur de la croissance démographique, devant le solde migratoire (+67 000). 

 

CATASTROPHE NATIONALE

 

Faut-il en déduire que tout va à peu près bien en France ? Hélas, il faut ajouter immédiatement que l’on enregistre une réduction de la fécondité pour la deuxième année consécutive, à 1,93 enfant par femme contre 1,96 en 2015 et 2 en 2014, après huit années de relative stabilité, selon l’INSEE.

On sait qu’il faudrait que le taux soit de 2,1 enfants par femme pour seulement renouveler les générations…

La catastrophe nationale engendrée par la loi Veil du 17 janvier 1975 continue d’aboutir au sacrifice de 250 000 enfants par an.

En 2014, selon l’Institut des études démographiques (INED), on enregistrait 27,1 avortements pour cent naissances vivantes, soit un avortement toutes les deux minutes et demie ! Ce qui signifie que, pratiquement, le quart de chaque génération est mis à mort chaque année, ce qui se compte, depuis quarante ans que cela dure, par millions de Français !

La pratique toujours plus encouragée de la contraception et du préservatif n’a nullement freiné le recours à ce que l’on appelle avec une fausse pudeur « l’interruption volontaire de grossesse ». Rien d’étonnant : tout ce qui habitue les couples mariés ou éphémères à éviter de donner la vie les conduit un jour ou l’autre à l’avortement…

Certes, tous ces bébés ne seraient peut-être pas parvenus à l’âge adulte, mais il est effarant de songer à la foule de plusieurs millions d’hommes et de femmes de moins de quarante ans qui manquent aujourd’hui à la France, sans qu’elle n’ait connu ni guerre ni famine.

 

FAIBLESSE DÉMOGRAPHIQUE = INDÉPENDANCE NATIONALE EN CAUSE

 

Il faut rappeler que la faiblesse démographique d’une nation ne saurait s’accompagner d’une politique extérieure bienfaisante ni d’un effort d’indépendance nationale. À la veille de la Révolution dite française, notre pays était le plus peuplé d’Europe et, dans le monde, quatre hommes parlaient français pour un qui parlait anglais ; cent cinquante ans plus tard, en 1939, un homme parlait français pour quatre parlant anglais. La France avait vu sa fécondité baisser avant les autres pays européens, signe que le cataclysme de 1789 avait été perçu dans toutes les couches de la population comme une période de désespoir.

Depuis lors, les femmes françaises n’eurent plus assez d’enfants pour assurer le remplacement numérique des générations. Ainsi s’explique, en tenant compte des pertes causées par les guerres de la Révolution et de l’Empire, puis par la guerre de 1870 et par la guerre de 1914-1918, le fait qu’en dépit d’une forte immigration, la France ait dû se contenter d’une population stagnante jusqu’en 1939. Cette année-là, les mesures prises à la veille de la guerre de 1939-40, ensuite la politique familiale mise à l’honneur par le gouvernement du maréchal Pétain, permirent à la France de connaître pendant trente ans un taux de fécondité excédant nettement le taux de renouvellement des générations.

Mais survint, en 1967, la loi Neuwirth dépénalisant la pilule contraceptive, suivie en 1975 de la légalisation de l’avortement qui a entraîné depuis quarante-trois ans le génocide de près de dix millions d’enfants à naître, environ 250 000 par an.

Aujourd’hui, alors que l’hécatombe continue, tout concourt à susciter l’individualisme, le matérialisme, l’hédonisme, la dissociation de la sexualité et de la procréation. On voit de plus en plus de couples sans enfant ou qui se marient tard afin de « bien jouir de la vie », on voit aussi de plus en plus d’enfants uniques élevés comme des produits de luxe plus que comme des hommes, on voit aussi de plus en plus de vieux vivant seuls et dont nul ne sait qui paiera les retraites.

Quant au gouvernement de la République, que fait-il en faveur de la famille ?

Le bilan est pratiquement nul : allocations familiales distribuées avec parcimonie et même fiscalisées (ce qui revient à taxer les bébés), mises sous condition de ressources, baisse du quotient familial, système d’aides aux familles incitant les mères à travailler hors de chez elles au lieu d’élever elles-mêmes leur progéniture, législation poussant toujours plus à l’instabilité des ménages (divorce à la carte), normalisant le concubinage, voire les liaisons homosexuelles…

 

Avec cela, la France ne renouvelle plus sa population en dépit d’une folle politique d’immigration et de naturalisations à outrance !…

 

Les commentaires sont fermés.