Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2018

Amoris laetitia : trois évêques du Kazakhstan rappellent l’indissolubilité du mariage et l’impossibilité d’accéder aux sacrements pour « les divorcés-remariés » .

 

 

L’exhortation bergoglienne sur la famille Amoris Laetitia, dévastatrice pour l’union familiale et la notion d’indissolubilité du mariage, n’en finit pas de susciter des oppositions dans l’Église officielle, parmi les membres de la curie et des conférences épiscopales !

« Il ne nous est pas permis de nous taire »

écrivent fermement trois évêques du Kazakhstan, Mgr Tomash Peta, Archevêque Métropolite de l´archidiocèse de Saint Marie en Astana, Mgr Jan Pawel Lenga, Archevêque-Évêque de Karaganda et Mgr Athanasius Schneider, Évêque Auxiliaire de l´archidiocèse de Saint Marie en Astana, dans un document dans lequel ils rappellent les normes traditionnelles du sacrement de mariage, l’indissolubilité du lien matrimonial et l’impossibilité pour les divorcés remariés civilement d’avoir accès aux sacrements s’ils ne vivent pas dans la chasteté.

Les signataires insistent tout particulièrement sur la question de l’accès à la Sainte Communion :

« Il n’est pas permis (non licet) de justifier, d’approuver ou de légitimer, ni directement, ni indirectement, le divorce et une relation sexuelle stable non conjugale en admettant les soi-disant « divorcés-remariés » à la Sainte-Communion, puisqu’il s’agit en ce cas d’une discipline étrangère à toute la Tradition de la foi catholique et apostolique. »

Le texte, intitulé Profession des vérités immuables sur le mariage sacramentel, a un objectif clair : contrecarrer Amoris laetitia et son interprétation extensive.

Le pape François avait peut-être cru mettre un terme à l’opposition et au débat en rendant officielle la possibilité de communier pour les soi-disant « divorcés-remariés » prise par les évêques de Buenos-Aires en publiant dans les Acta Apostolicae Sedes (AAS) la lettre dans laquelle il les félicitait de cette nouvelle discipline sacramentelle. Décision qui contraste avec le silence dont il fait preuve jusqu’à maintenant avec les quatre cardinaux des dubia.

Les trois évêques du Kazakhstan ont relancé l’attaque contre l’exhortation en déclarant :

« Les évêques, par leur office pastoral, doivent veiller fidèlement sur la foi catholique reçue des Apôtres (« cultores catholicæ et apostolicæ fidei » : cf. Missale Romanum, Canon Romanus). Nous sommes conscients de cette grave responsabilité et de notre devoir face aux fidèles qui attendent de nous une profession publique et sans équivoque de la vérité et de la discipline immuable de l’Église sur l’indissolubilité du mariage. Pour cette raison, il ne nous est pas permis de nous taire. »

Parmi les points qui ressortent, il en est un majeur qui traite de « la plaie du divorce » :

« Les normes pastorales évoquées contribuent de fait et dans le temps à la diffusion de « l’épidémie du divorce » (expression utilisée par le Concile Vatican II, cf. Gaudium et spes 47). Cette diffusion de « l’épidémie du divorce » intervient dans la vie même de l’Église, alors même que l’Église, par sa fidélité inconditionnelle à la doctrine du Christ, devrait être un rempart et un signe incomparable de contradiction contre la plaie du divorce toujours plus répandue dans la société civile. 

De manière absolument univoque et sans admettre aucune exception, Notre Seigneur et Rédempteur Jésus Christ a solennellement reconfirmé la volonté de Dieu quant à l’interdiction absolue du divorce. Une approbation ou légitimation de la violation de la sacralité du lien matrimonial, même indirectement par la nouvelle discipline sacramentelle évoquée, contredit gravement la volonté expresse de Dieu et Son commandement. Une telle pratique altère donc substantiellement la discipline sacramentelle bimillénaire de l’Église, ce qui entraînera aussi avec le temps une altération de la doctrine correspondante. »

Le problème principal que fait émerger ce document concerne cependant « la nouvelle discipline sacramentelle » qui découle d’Amoris Laetitia.

« Après la publication de l’exhortation apostolique Amoris laetitia (2016), divers évêques ont émané, au niveau local, régional et national, des normes d’application sur la discipline sacramentelle des fidèles, dits « divorcés-remariés » qui, bien que le conjoint auquel ils sont unis par un lien valide du mariage sacramentel vive encore, ont toutefois entamé une cohabitation stable à la manière des époux avec une personne autre que leur conjoint légitime. 

Ces normes prévoient entre autres que, dans des cas individuels, les personnes dites « divorcées-remariées » puissent recevoir le sacrement de Pénitence ainsi que la Sainte Communion bien qu’ils continuent de vivre habituellement et intentionnellement à la manière des époux avec une personne autre que leur conjoint légitime. De telles normes pastorales ont reçu l’approbation de plusieurs autorités hiérarchiques. Quelques-unes de ces normes ont même reçu l’approbation de l’autorité suprême de l’Église », écrivent pertinemment les trois évêques signataires.

Amoris Laetitia, c’est la victoire de cette « théologie » de la « praxis » chère au pape François qui veut dépasser définitivement « le dogme » pour ouvrir totalement l’Église au monde contemporain ! Quoi de mieux pour « changer les mentalités » et « changer le visage de l’Église » ainsi qu’il le souhaite que de favoriser, dans les faits, le primat de la pratique sur la doctrine. Immanquablement, avec le temps, l’enseignement concernant le  mariage et l’accès aux sacrements changera par le biais de cette pastorale innovante, – en germe dans les ambiguïtés de cette Exhortation faussement familiale – , qui s’adapte aux us et coutumes de cette « a-civilisation » post-moderne ! C’est contre cette dénaturation prévisible de la doctrine sacramentelle et matrimoniale que s’insurgent, à juste titre, ces Mgr Tomash Peta, Mgr Jan Pawel Lenga et Mgr Athanasius Schneider.

Ce serait une erreur cependant de croire que ces « envies de nouveautés » et ce désir de transformation datent de Jorge Maria Bergoglio. La volonté de générer une Nouvelle Pentecôte pour l’Église en l’ouvrant à la modernité, en la centrant sur l’homme et en faisant des choix en accord avec la mentalité progressiste de Notre Temps ont pris racine dans le cœur de la romanité depuis le dernier Concile. Le pontife argentin porte la logique de cette « auto-démolition » dogmatique, liturgique, sacramentelle et morale débutée il y a plus de 50 ans maintenant vers son terme ultime : l’annihilation de toute catholicité dans l’Église conciliaire néo-protestante…

Raison supplémentaire s’il en faut pour rester éloigné de cette « secte conciliaire » !

Francesca de Villasmundo

Les commentaires sont fermés.