Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2017

Rétrospective sur la présidentielle 2017 : le plus grand mal, c'est la république .

De l’avis général, la bataille de ces dernières élections présidentielles a battu tous les records d’agressivité. Les grands médias ont été particulièrement odieux (tel Ouest France par exemple).

Censés nous rapporter objectivement les informations, les journalistes, dociles envers leurs maîtres, ont tout osé pour orienter l’opinion publique. Ces chantres de la démocratie estiment que la voix de millions de Français ne mérite pas d’être prise en considération puisqu’elle ne va pas dans le sens qu’ils veulent imposer. Sans doute, à l’instar de Georges Frêche 1, estiment-ils que le corps électoral est composé d’une grande majorité de cons qu’il faut obliger à voter pour le candidat de leur choix.

La brutalité a été telle et les attaques si violentes que nombre de catholiques ont pris peur et ont cru bon de voler au secours de la victime supposée ou de faire barrage à l’agresseur désigné. Qu’importe si pour arriver à leur fin, la prise de pouvoir, cette « victime » et son parti ont parfaitement adopté les « progrès sociétaux » réalisés sous les législatures précédentes. Dans ce domaine, avec la République, on ne revient jamais en arrière.

Les Français devraient le savoir s’ils faisaient l’effort d’apprendre leur histoire. Non ! Ils se contentent de réagir aux coups qui leurs sont assénés, ils se précipitent dans l’isoloir pour accomplir leur devoir républicain... Et en bons réactionnaires, ils oublient qu’en utilisant le meilleur outil de la révolution, ils contribuent à la légitimation de la république, source de tous les maux, le plus grand mal.

Et nous, Bretons, comment pourrons-nous encore nous plaindre de la division de notre province quant une majorité de nos concitoyens est allée urner alors que sur les onze candidats du premier tour, aucun ne prônait une vraie décentralisation. Au deuxième tour, c’était encore pire. Le vainqueur veut fondre la France dans le monde, la deuxième souhaitait renforcer les départements et supprimer les régions, ces pauvres ersatz issus d’une fausse décentralisation.

Nous ne le répéterons jamais suffisamment, seule la monarchie est capable de reconnaître l’autonomie des provinces, qu’elles soient en Europe, en Amérique, en Océanie ou en Océan indien !

 

Les commentaires sont fermés.