Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2017

La journée du féminisme .

Il y a quelques jours, le monde entier fêtait la « journée de la femme ». Cette « fête » ne célèbre bien évidement pas la maternité, mais « le droit des femmes ».

Bref c’est la journée du féminisme. Mais manifestement cette journée montre très bien que ce féminisme est un faux combat. Pire que ça c’est un moyen utilisé par nos élites pour arriver à leurs fins.

Les politiques et les médias ont-ils abordés le sujet des viols et agressions sexuelles perpétrés par les migrants depuis 2 ans ? Ont-ils parlé de certains quartiers où les femmes ne sont pas autorisées à rentrer dans les bars ? Où elles sont insultées lorsqu’elles ne sont pas voilées ? …etc, etc…

La question de la pornographie est-elle abordée ? La femme y est pourtant rabaissée au rang d’objet de jouissance consommable et jetable. Pourtant la pornographie n’a pas plus grandes alliées que les féministes…

Bien évidemment non, les politiques n’évoquent pas ces sujets-là. Le féminisme dans ce cadre-là n’est pas intéressant pour eux.

Le féminisme a été créé pour détruire la famille base de notre société, pour faire travailler les femmes et faire ainsi baisser le coût du travail, et enfin favoriser l’avortement pour faire baisser le taux de natalité européen et donc favoriser l’immigration.

Le féminisme est donc un esclavage ? Evidement ! Combiens de femmes se sentent aujourd’hui obligées de travailler pour avoir un statut social ? C’est quasiment une honte d’être mère à un jeune âge et encore plus de rester à la maison pour s’occuper de ses enfants. Les enfants (ceux qui ne sont pas avortés) sont donc abandonnés dans des crèches, les mères retournent le plus rapidement possible au travail et se rendent compte quelques années plus tard qu’elles sont passées à côté de l’éducation de leurs enfants et du vrai bonheur de leur vie.

 


L’effroyable imposture du féminisme : entretien… par kontrekulture
Ne parlons pas des femmes qui ont avortés. Leur vie est bien souvent un cauchemar où pas un jour ne se passe sans qu’elles ne pensent à leur enfant.

Malgré cela, le féminisme est toujours plus virulent, et chaque année la journée de la femme rappelle au monde entier ce que le système attend des femmes.

 

Les commentaires sont fermés.