Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2017

Racisme antifrançais et antiblanc, antisémitisme, appels au meurtre : l’abjection de la bobocratie révélée par son protégé, Mehdi Meklat.

 

 
Racisme antifrançais et antiblanc, antisémitisme, appels au meurtre : l’abjection de la bobocratie révélée par son protégé, Mehdi Meklat.
 

         Grâce au travail d’enquête et de pression de la réinfosphère, relayé par les réseaux sociaux, les tweets du dénommé Mehdi Meklat, principalement écrits entre 2012 et 2015, ont refait surface, juste au moment où cet individu se retrouvait en couverture des Inrockuptibles avec Christiane Taubira.

Meklat, contributeur du Bondy Blog, fut aussi chroniqueur dans l’émission de la militante Pascale Clark entre 2010 et 2015, sur la radio publique France Inter dont il est inutile de rappeler le degré scandaleux de propagandisme gauchiste. Il est en outre impliqué avec le journaliste Mouloud Achour dans les Editions du Grand Remplacement et TV Ramadan, dont les intitulés se passent de commentaires. Durant cette période, sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps, derrière lequel il essaie de se retrancher de la manière la plus honteuse qui soit, Meklat publia sur son compte Twitter un torrent d’immondices dont nous ne pouvons citer que quelques exemples, en évitant les plus ignobles :

          « Les blancs vous devez mourir asap  », « regrette que Ben Laden soit mort », « Marine Le Pen est à deux étages en dessous de moi. Je vais lui faire le coup Mohamed Merah », « Faites entrer Hitler pour tuer des juifs », « j’ai envie d’égorger quelqu’un selon le rite musulman », « pour l’Aïd, je vais égorger Brigitte Bardot dans ma baignoire ».

Des milliers de tweets de cet acabit ont été diffusés sur Internet puis repris par les médias acculés, avant que leur auteur n’en supprime 50 000 en une journée.

          La bobocratie médiatique voyait en lui un « talent des banlieues », un « porte-parole de la diversité » destiné à lutter contre le racisme de la « France moisie » : mal lui en a pris puisque son protégé, une fois encore, s’est révélé du pire racisme, accumulant les insultes, prétendant traquer une imaginaire islamophobie en proférant des appels au meurtre, des soutiens à l’islamisme et autres déjections mentales relevant de la pervesité pure, sous couvert de ce qu’il croyait être son immunité de descendant d’immigrés, musulman de surcroît.

          Ce fut donc la grande gêne dans la « gauche morale antiraciste » qui, à l’exception de Pascale Clark, de Claude Askolovitch et des journalistes des Inrocks, renonça à le défendre : même Christiane Taubira se fendit d’un mot de condamnation dans son habituel jargon. Cette gauche-là ne pouvait matériellement pas ignorer les tweets de Meklat : elle a donc laissé faire sciemment. Peu lui importait, tant que cela restait discret, qu’un « jeune des cités » adoubé par les bobos parisiens puisse appeler à la mort des juifs, des blancs et laisser libre cours à sa haine perverse.

          Nous sommes là au cœur de la mentalité « antiraciste » qui est un racisme en sens contraire : le racisme légitime à leurs yeux est un privilège dont bénéficient les immigrés et leurs enfants, surtout s’ils sont musulmans, cette « religion d’opprimés », il sert à la destruction du « vieux monde », de la société et des traditions honnis.

Ce deux-poids-deux-mesures scandaleux vient, à l’occasion de l’affaire Meklat, d’être à nouveau exposé au grand jour et cet individu n'est toujours pas en prison; voilà où nous en sommes en France .

 

 

Les commentaires sont fermés.