Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2017

Les hautes trahisons de Macron: vente d' ALSTOM aux américains et de SFR à Drahi .

 

Afficher l'image d'origine

 

Macron ou la figure du Judas français. Emmanuel Macron Secrétaire général de Hollande, soutient depuis l’Elysée les intérêts des Américains et de la haute finance face à ceux de la France, chasse Montebourg de Bercy et prend sa place. Aussitôt, de Bercy il vend un des domaines les plus performants de la souveraineté nationale qu’est Alstom aux USA.

Il s’agit d’opérations de haute trahison passées sous silence pendant que la presse amuse l’opinion sur le salaire de 3600,00€ mensuel perçu par Madame Fillon au titre d’assistante parlementaire, face à la dilapidation des fleurons de l’industrie française, avec un grand pan du pouvoir énergétique de la France transféré aux Américains. 

 
 
 
Macron a aussi vendu SFR à Patrick Drahi
 
Macron n’est pas resté longtemps à Bercy (deux ans quand même!) après avoir sévi à l’Elysée deux ans, mais cela lui a suffit pour multiplier les trahisons; il n’a pas fait que donner Alstom aux Américains, mais il a aussi, et entre autre, offert sur un plateau SFR à Patrick Drahi.« Drahi, patron d’un grand groupe de presse: Express, Libération, l’Etudiant, RMC etc, voulait racheter SFR. Macron « a remplacé Montebourg, et quelqueqs jours plus tard, M. Drahi avait l’autorisation de racheter SFR. Macron candidat des grandes puissances financières, des mondialistes, de la finance internationale ».Ci-dessous, extrait de l’émission Spécial Investigation du 9 novembre 2016: « Anti-corruption, l’arme fatale américaine », expliquant le rôle d’Emmanuel Macron dans la vente d’Alstom à Général Electric alors qu’Arnaud Montebourg avait bloqué la vente par

 

décret .

Emmanuel Macron, né le à Amiens, est un homme politique, haut fonctionnaire et ancien banquier d’affaires français.

Diplômé de l’ENA en 2004, il devient inspecteur des finances avant de débuter en 2008 une carrière de banquier d’affaires chez Rothschild & Cie. Membre du Parti socialiste entre 2006 et 2009, il est nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande en 2012 puis ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique en 2014 dans le gouvernement Manuel Valls II.

En , il fonde le mouvement politique « En marche ! » puis démissionne de ses fonctions de ministre en août de la même année. Trois mois plus tard, le 16 novembre, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2017.

On comprend qu’Emmanuel Macron ne peine pas, contrairement à Marine Le Pen, à trouver des fonds auprès des banques pour enfumer les élections présidentielles françaises, lui qui ne s’est encore jamais soumis à aucun verdict électoral… La Haute finance internationale lui paie le prix de sa trahison et en tentant de placer Macron comme successeur de François Hollande, la gauche du PS tente de pérenniser pour 5 ans encore la Haute trahison à l’Elysée.

 

Les commentaires sont fermés.