Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2016

La police évacue violemment l’église Sainte-Rita à Paris, en pleine messe!

 

 

Ste Rita Prêtre
L’église sainte Rita du 15ème arrondissement de Paris, promise à la démolition, a été violemment évacuée par les CRS ce matin 3 août alors que des élus locaux, des fidèles et des prêtres étaient dans le bâtiment afin de s’opposer à sa démolition programmée. Sur le portail de l’édifice cette inscription: “En France, on tue les prêtres et on rase les Eglises”.

La démolition de l’édifice décidée par la « Justice » a monopolisé une douzaine de fourgons de CRS musclés, afin de l’évacuer alors qu’elle était occupée par des fidèles, des prêtres (voir photos), des élus locaux, ainsi que des militants venus faire rempart de leurs corps à la destruction de l’église Sainte-Rita. Parmi les résistants certains sont venus défendre le patrimoine, d’autres le symbole religieux, d’autres défendent leur quartier, et d’autres en font une question de civilisation, ou tout cela à la fois. Mais la plupart y viennent prier tout simplement.

D’octobre 2015 à août 2016, elle est occupée par une nouvelle association paroissiale catholique et desservie par l’abbé Guillaume de Tanoüarn de l’Institut du Bon Pasteur. 

 C’est « l’association des Chapelles Catholiques et Apostoliques », de rite gallican, propriétaire actuel de cette église au style néogothique qui demande sa démolition en vue d’une opération immobilière confiée à la société Garibaldi. Cette association, (adoratrice de Mamon ?), a obtenu par ordonnance du tribunal de Paris le 6 janvier dernier (le jour de l’adoration des Rois mages) l’autorisation judiciaire de faire procéder à l’expulsion de ses occupants, pour édifier à sa place des parkings et des logements. L’église Sainte-Rita est célèbre pour ses bénédictions d’animaux entre 2000 et 2010. Mais suite à la promesse de sa démolition, des fidèles catholique traditionnels se sont émus et se sont mis à l’occuper; une messe quotidienne y était dite qui rassemble jusqu’à des centaines de fidèles.

Le lieu était loué depuis des années par l’Église catholique gallicane de Paris, dont les fidèles se sont mobilisés depuis pour enrayer le processus de vente. Dans la nuit du 5 au 6 octobre dernier, des militants du Mouvement du 14 juillet (un mouvement antisystème) ont rejoint la longue liste de défenseurs de l’église, pour «libérer» l’église promise à la démolition. (Source)

Des gaz lacrimogènes dans l’église en pleine messe, ont été utilisés « contre prêtre et femme enceinte », rapportent les réseaux sociaux.

Un communiqué de la préfecture de police minimise cette violente évacuation en précisant que c’est à l’appel de l’association des « Chapelles Catholiques et Apostoliques », que cet édifice situé sur la paroisse gallicane Sainte-Rita, a été investie... Le communiqué précise que le démarrage des travaux a été retardé du fait de l’occupation des lieux par « la présence d’occupants sans droits ni titre ». Il n’empêche que c’est encore un édifice chrétien qui est appelé à être abattu. D’autant plus que le maire du XVè qui soutient la pérennité de cet église bâtie en 1900 lors de l’Exposition Universelle, était en pourparlers pour trouver une solution à son maintien.

 

Ste Rita1

Dans la France baptisée et fondée par le Baptême de Clovis en 496, confirmée par sainte Jeanne d’Arc 1000 ans plus tard, c’est à un symbole chrétien, une église, que la police est appelée à s’attaquer, alors qu’un prêtre est trainé à terre devant l’autel comme un assassin, sans égard pour Jésus-Christ présent dans le Tabernacle, la messe interrompue par le fracas des bottes, des matraques et de la violence policière, sans le moindre respect, mais verra-t-on dans la république maçonnique un imam extirpé d’une mosquée par la force comme ce prêtre, pour permettre la démolition de la mosquée ? Alors que nombre d’entre eux haranguent leurs fidèles pour les pousser au crime dans leurs mosquées? et tandis que les attentats islamiques battent leur plein? Ceci alors qu’il y a une semaine seulement un prêtre catholique vient d’être rituellement sacrifié devant son autel dans son église de Saint-Etienne de Rouvray, en pleine messe, par des démons islamiques, fruits de ladite république maçonnique et allahïste !

 

emiliedefresne@medias-presse.info

Les commentaires sont fermés.