Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2016

Rocard et Wiesel : la fin de deux imposteurs !

 

 

Quelle différence y a-t-il entre Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen ? Le premier rappelle dans deux tweets bien sentis que Michel Rocard qui vient de s’éteindre le 2 juillet à 85 ans « fut un combattant de la guerre d’Algérie : dans le camp de l’ennemi » et que l’ancien Premier ministre de François Mitterrand « se vantait d’avoir porté des valises de billets qui servaient au FLN à acheter des armes pour tuer des Français ».

La présidente du Front national, elle, à l’instar de toute la classe politico-médiatique, a cru bon de rendre hommage à l’ancien militant PSU et pro-FLN : « Sincères condoléances à la famille et aux proches de Michel Rocard, premier ministre de la France, homme de convictions ». Et après cela il y a aura encore des gens pour prétendre que le FN n’a pas changé, qu’il s’agit seulement d’une différence de forme et de génération et non de fond entre le père et la fille !

Michel Rocard était un vil politicien qui a toujours trahi les intérêts de la France, d’abord pendant la guerre d’Algérie (*)en poignardant dans le dos les soldats du contingent appelés à se battre contre le FLN et en fraternisant avec l’ennemi, ensuite en participant, comme Premier ministre, au largage graduel de la Nouvelle-Calédonie, pourtant territoire stratégique riche en minerais que nous convoitent des puissances comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande, en cédant tout là encore au FLNKS de Jean-Marie Tjibaou, aidé par le traître gaullo-chiraquien Jacques Lafleur (c’est décidément une habitude chez les gaullistes de prendre le parti de l’ennemi et de lui céder des pans entiers du territoire national !)

Piètre orateur, très imbu de lui-même, ce protestant multidivorcé que pour le coup Mitterrand détestait à juste titre n’a mené à bien aucune réforme d’envergure en politique intérieure pendant les trois ans où il fut Premier ministre et où il veilla à ne surtout pas baisser dans les sondages en vue de la prochaine présidentielle (à laquelle il ne put concourir, ayant reçu de l’Elysée le missile Tapie lors des européennes de 1994). Alors que la France jouissait à l’époque d’une forte croissance, Rocard s’est refusé par démagogie, lors de son passage à Matignon, à traiter le dossier explosif des retraites, repassant la patate chaude à ses successeurs. Alors que notre pays connaissait déjà des taux records de prélèvements obligatoires, il créa une nouvelle cotisation, la CSG (Contribution sociale généralisée), un nouvel impôt, l’ISF (l’impôt de solidarité sur la fortune) ce qui incita les personnes ayant brillamment réussi dans la vie à fuir l’enfer fiscal français. Il favorisa le parasitisme et l’invasion migratoire en créant le RMI sans soumettre l’octroi de ce revenu à une condition de nationalité ni à une recherche effective d’un travail.

Très antichrétien (il osa dire de manière calomniatrice à l’Assemblée nationale que les docteurs de l’Eglise s’étaient demandé pendant des siècles si les femmes avaient une âme alors même que les catholiques ont toujours vénéré la Vierge Marie, que pour la validité du mariage a toujours été requis le libre consentement de la future épouse et que les femmes ont toujours reçu le sacrement du baptême au même titre que les hommes), Rocard fut un adversaire constant de la droite nationale en général et de Jean-Marie Le Pen en particulier qu’il accusa sans preuves d’avoir torturé en Algérie. Pour la petite histoire, la cour de cassation changea sa jurisprudence à cette occasion : dans cette affaire qui dura quatorze ans, Le Pen avait d’abord réussi à faire condamner Rocard pour diffamation, la cour de cassation dans un premier temps donna raison au Menhir puis, quelques années plus tard, l’affaire se prolongeant, les cours d’appel successives refusant de condamner l’ancien porteur de valises du FLN, les juges de casse changèrent leur fusil d’épaule de sorte que Rocard fut définitivement relaxé. Ce dossier a montré de manière stupéfiante qu’on ne saurait faire aucune confiance à une justice politisée et syndicalisée toujours prête à prendre le parti des puissants et de l’appareil dirigeant de l’Etat contre l’opposition nationale.

 

Si le décès de Rocard nous laisse donc l’œil sec, nous ne pleurerons pas davantage (sinon peut-être de joie) devant la disparition d’un autre imposteur, Elie Wiesel. Dans les pages centrales de ce numéro, Hervé Ryssen et Robert Faurisson rappellent fort opportunément qui était vraiment ce mystificateur, pourvoyeur de haines, qui a su faire une carrière très rémunératrice dans la pleurniche. De même, dans un tweet qui a suscité l’ire des grands media et des lobbies « puissants et nocifs », Jean-Marie Le Pen, qui suit manifestement de près l’actualité, a écrit fort justement : « Wiesel affabulateur ? “Il m’arrive assez souvent de broder, d’inventer des détails piquants sur l’histoire…” Mémoires, tome 1, 1994, p .271 ».

Nous ne sommes cependant pas les seuls à refuser de tresser des lauriers à l’auteur de La Nuit. Evoquant le 2 juillet la mort d’Elie Wiesel, disparu le même jour que Rocard (quelle belle journée une semaine seulement après le Brexit !), le site de France Inter annonçait à 22h44 : « Claude Lanzmann sera demain à 7h45 l’invité du 6/9 de Laetitia Gayet. » L’émission a bien eu lieu, on peut l’écouter sur l’excellent site Egalité et Réconciliation (<https://www.egaliteetreconciliation.fr/Lanzmann-Finkielkr...>) mais on n’en trouve aucune trace dans la grille de France Inter, où il est absolument impossible de réécouter l’émission. Pourquoi cette inhabituelle et brusque censure ? Tout simplement parce qu’invité à dresser le panégyrique du défunt, ce qui semblait somme toute logique entre professionnels de la « shoah business », le nonagénaire Claude Lanzmann, après avoir évoqué une « fournée de morts » (sic !), multiplia les attaques vipérines contre Wiesel qui « n’avait passé que 3 ou 4 nuits à Auschwitz avant d’attendre la fin de la guerre à Buchenwald » contrairement au prix Nobel hongrois Imre Kertesz, « un vrai survivant, lui ». Lanzmann accusa également Wiesel d’avoir refusé avec mépris de participer à son film Shoah (quel impardonnable affront !) et de n’en avoir soufflé mot à sa sortie, sauf dans un étrange article du New York Times où il se garda bien de vanter la qualité de l’œuvre. Laetitia Gayet qui ne s’attendait pas à un tel déluge de feu contre l’icône était manifestement tétanisée. On le voit, entre professionnels de la Shoah, c’est tout sauf le grand amour !

 

 

(*) Selon Le Crapouillot N° 109, mai/juin 1992, liste

non exhaustive des « porteurs de valises » au pro- 
fit du Front de libération nationale algérien [FLN) : 

Francis JEANSON, Hélène CUENA, Dr. CHAU­
LET et sa femme Anne-Marie, Jacques CHARBY, 
le professeur D' ALSACE et le professeur Pierre 
VEULLAY, les prêtres de la Mission de France : 
Abbés Pierre MAMET, Robert DAVEZIES, BOU­
DOURESQUE. 
Les acteurs Paul CRAUCHET, 
André THORENT , Jacques RISPAIL, François 
ROBERT, Jacques MIGNOT, Jacques et Lise TRE­
BOUTA, Serge REGGIANl, Catherine SAUVAGE, 
Roger PIGAUT, l'écrivain Georges ARNAUD, 
Georgina DUFOIX, Guy DARBOIS, Paul-Ma­
rie de la GORCE, Annette ROGER, Michel RO­
CARD,Jean DANIEL, Henri CURIELet sa femme 
Rosette, Roland CASTRO, Hervé BOURGES, CA­
SAUS, Gérard CARREYROU, Guy BRAIBANT, 
Pierre BOUSSEL, Marc BLONDEL, Christian 
BLANC, François AUTAIN, Pierre FRANK dit 
"Pedro  », Alain GEISMAR,Jean GIOVANELLI,	 
Bernard KOUCHNER, Marc KRAVETZ, Henri 
ALLEG, Françoise SAGAN, Bernard SCHREI­
NER, Georges SUFFERf, Jacques VERGES, 
François MASPERO, Jacques MELLICK, Chris­
tian NUCCI, Gaude OLIVENSTEIN, Jean-Marie 
PAUPERT,Jean-Louis PENINOU, Michel PEZET, 
René-Victor PILHES, Hubert PREVOT, Madeleine 
REBERIOUX, Pierre VIDAL-NAQUET. 


Les commentaires sont fermés.