Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2016

Projet de mosquée islamiste turque à Quimper : La mairie dénonce la politique “nauséabonde” des opposants ! …

 


guillaume-menguy-adjoint-charge-de-l-urbanisme_2847024_634x405p


BREIZATAO – POLITIKEREZH Le maire de Quimper Ludovic Jolivet (LR) et son adjoint à l’urbanisme Guillaume Menguy sont bien déterminés à répondre positivement au projet de mosquée porté par le militant islamite turc, Mehmet Yilmaz.

Le soutien de Ludovic Jolivet aux islamistes turcs

Malgré un second rejet de son permis de construire pour des raisons “techniques”, la majorité municipale soutient activement l’édification de la mosquée turque annoncée à l’été 2014.

Dans les colonnes du journal socialiste Le Télégramme (source), Guillaume Menguy en profite pour inverser les responsabilités et dénoncer les opposants :

Nous instruisons ce dossier de manière purement juridique. Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas conscients du contexte politique difficile depuis les attentats de Charlie Hebdo, du 13 novembre et de Bruxelles. Il y a eu une manifestation d’opposants au projet et une contre-manifestation. Nous voulons nous extirper de cette dimension politique et nauséabonde. C’est la volonté du maire d’instruire ce dossier – qui est un dossier privé – selon les règles de l’urbanisme et de la sécurité du public. Il ne veut pas en faire un procès politique

Malgré les liens avérés entre le gouvernement islamiste turc et les organisations djihadistes de Syrie – dont Al Qaeda et l’État Islamique (lire ici) – la majorité municipale quimpéroise semble ne pas vouloir se distancer de Mehmet Yilmaz, agent du gouvernement turc et militant de l’AKP, le parti islamiste au pouvoir à Ankara.

En lieu et place, c’est donc l’opposition aux projets des AKPistes turcs de la région quimpéroise qui devient l’objet des attaques de la majorité. Son action politique est qualifiée, comme on le voit, qualifiée de “nauséabonde” tandis que les soutiens politiques d’Erdogan sont ostensiblement ménagés et courtisés par le tandem Menguy / Jolivet.

 

La sanction tombera en 2020

 

La majorité quimpéroise semble d’abord soucieuse de respecter son pacte secret avec Mehmet Yilmaz lors des élections municipales de 2014 (lire ici). Ludovic Jolivet avait négocié, à l’insu de la population quimpéroise, le soutien de la communauté turque – en concertation avec le représentant du gouvernement islamiste – moyennant une mosquée flanquée d’un minaret de 14 mètres.

A aucun moment les liens troubles entre Ludovic Jolivet et le représentant de l’AKP n’ont été questionnés par la presse d’état, pas plus que son soutien assumé à la progression de l’islamisme dans la région.

Quoiqu’il en soit, cet appui politique aux islamistes turcs de Quimper permet d’ores et déjà de mobiliser l’opinion publique contre l’actuelle majorité qui devra être lourdement sanctionnée dans les urnes en 2020. Déjà très affaiblie par sa gestion calamiteuse et les critiques, nombreuses, qui plombent la municipalité actuelle, ce soutien à l’islam politique turc devrait porter un coup fatal à la candidature Jolivet.

 

Les commentaires sont fermés.