Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2016

Le Conseil de l’Europe et le racisme en France : une déclaration suffocante !

 
Le Conseil de l’Europe et le racisme en France : une déclaration suffocante !
 

 

Dans un communiqué institutionnel incroyable du Conseil de l’Europe, de l’Union Européenne, et encore d’une certaine organisation paneuropéenne Thorbjom Jagland (sic), un comité bidule appelé ECRI (Experts de la Commission contre le Racisme et l’Intolérance) a publié un rapport sur « l’accroissement des violences racistes, antisémites et islamophobes » en France...

Selon l’article de l’AFP qui lui est consacré (01/03/2016 - 16 h 08), ce texte évoque   « la persistance préoccupante des discours islamophobes alimentés par certains responsables politiques comme Marine Le Pen ou Jean-François Copé »...

À la première, il est reproché sa déclaration (décembre 2010) sur les prières de rue comparables à l’occupation allemande et au second d’avoir évoqué le fait de « voyous » musulmans qui auraient arraché un pain au chocolat à un « jeune » au motif qu’on ne mange pas pendant le ramadan (octobre 2012).

Les grands experts dénoncent aussi la suppression en 2015 par Gilles Platret, maire de Chalons sur Saône, des menus sans porc des cantines scolaires.

De telles indicibles horreurs ont donc amené l’ECRI à exiger des autorités de légiférer pour que le racisme ou l’homophobie constituent « une circonstance aggravante de toute infraction pénale ordinaire ». Dans l’ignorance que cela est déjà établi. Et qu’il y a beaucoup à redire sur la notion juridique de « circonstances aggravantes ».

Certaines circonstances sont ainsi préétablies comme plus « aggravantes » que d’autres considérées sans doute par le fait même comme de moindre gravité…

On reste pantois devant ce rapport. Pour sa débilité insigne il mériterait de rester dans les annales du totalitarisme eurocratique comme un exemple de l’incommensurable aberration de l’antiracisme idéologique et obsessionnel… parfaitement raciste.

Oser ressortir plusieurs années après, faute de mieux, comme un révélateur de l’abomination raciste qui sévirait en France des propos tels que ceux évoqués, c’est tout simplement hallucinant!

 Les « experts » de l’ECRI ne savent donc pas que, comme le rapportent des Français musulmans non fanatiques, et aussi nos amis musulmans convertis au christianisme, de plus en plus des brigades de police islamique des mœurs patrouillent dans certains quartiers considérés comme acquis à l’islam! Leur mission est d' interpeller non seulement de supposés coreligionnaires sur leur observance trop relâchée de la charia mais même des consommateurs chrétiens considérés comme des dhimmis et ainsi déjà tenus, par exemple, à ne pas boire un demi-pression sur la terrasse d’un café en zone islamisée...

Mais la perversion idéologique de ce rapport expressif du discours totalitaire eurocratique ne tient pas seulement à ce qui y est mentionné , elle tient tout autant à ce qui n’y figure pas.  

C’est en effet un rapport du Conseil de l’Europe dans lequel siège la Turquie :

-  Cette Turquie où a été perpétrée dans des horreurs indicibles le premier génocide du XX° siècle et qui non seulement ne s’en repent pas mais qui honore ses grands criminels tel Talaat Pacha avec un somptueux mausolée où le sinistre Erdogan si cher à Mme Merkel l’honore.

-  Cette Turquie où l’on a assassiné de rares religieux, missionnaires héroïques,, sans jamais punir les assassins, soit qu’on les déclare fous, et donc intouchables, soit qu’on ne les trouve jamais.

Ces « experts du Conseil de l’Europe » sont en effet des experts en préparation de la dhimmitude et en collaborationnisme ottoman. 

 

Les commentaires sont fermés.