Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2016

Projet de loi droit du travail : la socialo-marxiste Martine Aubry refuse de reconnaître ses erreurs .

 

 

Les 35 heures ont terriblement alourdi l’économie française et affecté durablement la compétitivité de nos entreprises. Cette réforme de Martine Aubry restera dans l’histoire politique et économique de la France comme le symbole de l’échec du socialisme. Pourtant, l’ancienne ministre du Travail persiste dans son erreur.

Dans certains pays, il arrive que des politiques, anciens ministres ou premiers-ministres, regrettent certaines mesures adoptées pendant qu’ils étaient en poste et même s’excusent pour avoir pris une mauvaise décision. Certains démissionnent. Cela arrive assez souvent au Royaume-Uni, en Allemagne ou bien dans la plupart des pays nordiques. Ce n’est pas le cas en France. Au contraire. L’ancienne ministre du Travail, Martine Aubry, en constitue un exemple éloquent.

Dans une Tribune publiée par le quotidien Le Monde (25 février), l’ancienne ministre s’en prend à la (timide) réforme du droit du travail proposée par le gouvernement qui ne serait pas « sociale » et encore moins une réforme de « gauche »...

Il est incroyable de voir avec quelle insolence Mme Aubry fait l’impasse sur la catastrophe économique qu’elle a provoquée avec ses 35 heures. Au lieu de s’excuser pour avoir pris cette mesure, elle ose critiquer une réforme qui tente de réparer tant bien que mal ce qu’elle a détruit. Tout le monde est d’accord maintenant avec le fait que les 35 heures ont alourdi terriblement l’économie française en affectant durablement la compétitivité de nos entreprises. Non seulement elles n’ont pas créé les emplois escomptés, mais le chômage n’a cessé d’augmenter. Et, comme Le reconnaît aussi la Cour des Comptes, les 35 heures ont aussi aggravé la situation financière des hôpitaux publics.

Pour être précis, en reprenant les calculs de Croissance plus, les 35 heures ont attribué 4 heures de congés payés aux salariés par semaine. Avec 47 semaines de travail par an, les 35 heures ont généré 188 heures de congés payés, l’équivalent de 5.4 semaines. Un coût que les entreprises ont été obligées d’assumer ! Et par rapport au PIB, ce taux d’inactivité a représenté un coût d’environ 114 milliards d’euros.

Les 35 heures ne sont pas les seules raisons du recul de l’économie française mais elles y ont contribué de manière décisive. Mme Aubry devrait demander pardon!

Les commentaires sont fermés.