Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2016

Lampedusa, tête de pont des djihadistes en Europe .

 

Lampedusa : petite île entre la Sicile et la Libye, destination particulièrement prisée par les migrants, encore plus prisée depuis que le pape François y a posé les pieds, ce fut sa première sortie après son élection, tout un symbole, pour y sommer l’Europe d’accueillir toute la misère du monde ! 

La folie migratoire qui submerge l’Europe commence à donner des sueurs froides à nos politiciens de tout bord. Le ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, défini comme « sérieux » le risque que des combattants de Daesh s’infiltrent parmi les soi-disant réfugiés qui de la Libye rejoignent l’Italie. Ce « sérieux » est risible quand on sait que depuis des mois et des mois, nombreux sont les nationalistes et patriotes de tous les pays européens à avertir, malgré les insultes et les moqueries, leurs concitoyens sur cette menace réelle.

Mais tout à leur humanitarisme mortifère, nos politiciens bien-pensants européens, ne cessent de radoter comme une lamentation qu’il ne faut pas faire d’amalgame, « qu’aucun pays démocratique ne peut faire de confusion entre les phénomènes migratoires et les terroristes. » selon le mot du ministre des Affaires Étrangères italien, Paolo Gentiloni, jumeau sur le sujet de son homologue français, le catastrophique et calamiteux Fabius.

Tellement absorbés dans leurs incantations, qu’entre temps, Lampedusa est devenue, dans les faits, une île de l’État islamique, tête de pont pour infiltrer de nombreux djihadistes sur le vieux continent à l’agonie. Parce que de l’autre côté de la méditerranée, les fous d’Allah prospèrent et ne font pas, eux, dans la dentelle sentimalo-gaucho-droit-de l’hommiste-altruiste etc. Ils veulent, et ils y mettent les moyens,  exporter et imposer l’islam et la charia son corollaire, à nos peuples en déshérence culturelle, religieuse, civilisationnelle.

Aujourd’hui la triste réalité est là et s’impose à nos tartuffes de la politique: les djihadistes de Daesh posent leur pied en Europe, à Lampedusa, avec l’aide et le soutien de nos gouvernements, et ensuite se fondent dans le paysage : 10 000 migrants mineurs, selon les chiffres officiels ont disparus après leur arrivée. Le conseiller du gouvernement Libyen l’avoue également : « la police européenne ne sait pas qui appartient à Daesh et qui est vraiment réfugié. » Comme ça nous sommes avertis !

Aussi, après avoir semé chaos et confusion, mort et terreur en Libye, la France, à travers son ministre Le Drian, peut bien fait la dure mais c’est trop tard : « c’est une urgente nécessité » de trouver une solution à la crise en Libye pour s’opposer à l’expansion de l’État islamique. C’était avant, avant de déstabiliser cette région si proche des côtes italiennes, qu’il fallait réfléchir et tenir une attitude ferme contre la folie guerrière de Bernard-Henri Levy, d’aussi triste réputation diplomatique que son coreligionnaire Laurent Fabius.

Les effets de manches, les grandes déclarations, les beaux discours, ne seront d’aucune utilité si une politique énergique imposant la fermeture des frontières européennes, de contrôle de la méditerranée et de renvoi systématique des clandestins n’est pas appliquée.

Pour Lampedusa, les temps sont comptés avant qu’elle ne tombe définitivement dans l’escarcelle de Daesh !

 

 

europol

Nous le savions déjà, les médias libres de ré-information, sur Internet, tirent la sonnette d’alarme depuis longtemps et crient dans le désert de l’optimisme ambiant qui a prévalu pendant des décennies.

Mais la réalité finit toujours par s’imposer aux rêves.

Europol vient de le confirmer lors d’une conférence de presse donnée au cours de la réunion des ministres de l’Intérieur de l’Union Européenne de lundi dernier : « Outre les camps d’entraînement en Syrie il existe aussi des bases d’entraînement plus petites dans les pays de l’union Européenne et des Balkans. L’entraînement aux techniques de survie permet de tester la forme physique et la détermination des membres qui aspirent à entrer dans l’armée de l’État islamique. Les activités sportives ont été utilisées pour la formation au combat et pour résister aux interrogatoires. » En somme une vraie formation militaire pour troupes d’élites ennemies, dans nos murs !

Le directeur d’Europol, le britannique Rob Wainwright, souligne également que beaucoup de ces combattants de l’EI entraînés en Europe sont des foreign fighters, c’est-à-dire, des combattants européens. « Une large proportion des personnes recrutées, les estimations parlent de 80%, ont des précédents pénaux. » est-il d’ailleurs précisé. Il omet cependant de signaler l’origine ethnique de ces volontaires aux antécédents criminels ! Mais n’a-t-on pas osé, dans les instances officielles et médiatiques, parler de Belges pour les terroristes du Bataclan, qui de Belge n’avait que la nationalité!

« Daesh est en train de programmer des attaques de grande ampleur en Europe » continue le directeur d’Europol. Que les pouvoirs européens, par ce langage alarmiste récurrent, soient en train de préparer les esprits à une future guerre voulue par des instances apatrides mondiales semeuses, de par le monde, du chaos révolutionnaire facilitant l’instauration d’une gouvernance mondiale ne fait aucun doute. Que Daesh, ce monstre né de l’alliance infernale entre les services secrets américains et les services secrets israéliens pour déstabiliser le proche et le moyen-Orient et par ricochet le vieux continent, prépare de son côté des attaques, ne fait aucun doute non plus.

Mais que Daesh prépare ses attentats à partir du sol européen, voilà où se situe le plus grand des scandales à mettre au discrédit des politiciens qui nous gouvernent si mal.

 

 

Les commentaires sont fermés.