Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2015

Hollande face à Taubira et la gouvernance idéologique...

Un souhait tout de suite réalisable : bon débarras Taubira ! Augmenter la taille de police

 
 
 
Incroyable provocation de mépris pour la souveraineté française, c’est Alger que Christiane Taubira, incroyablement toujours ministre de l’État français, avait choisi pour annoncer hier le retrait du projet de loi constitutionnel de déchéance de la nationalité française pour les criminels de la double nationalité.
Elle est aujourd’hui démentie et giflée par la décision contraire de François Hollande qui tout de même, enfin, n’a pas accepté une nouvelle provocation humiliante de la part de l’ancienne militante terrorisante de l’indépendantisme guyanais.
 
À la vérité, provocatrice de nature, dame Taubira, qui n’a jamais aimé la France, n’a cessé de vouloir vérifier jusqu’où elle pouvait aller trop loin. Aujourd’hui, si elle ne veut pas perdre la face aux yeux de tout le monde et notamment de ses bons amis algériens, elle doit démissionner. Si elle ne le fait pas, c’est une fois de plus Hollande qui va susciter la dérision s’il ne la vire pas du gouvernement alors que l’occasion s’en offre enfin.
Certaines caricatures jadis, pas très finaudes, avaient rendu Taubira quasiment intouchable. Son action ministérielle a toujours été pain bénit pour toute une magistrature idéologiquement sur les mêmes lignes qu’elle et qui défendait sans vergogne l’ignominie du « mur des cons » où, selon les pratiques des lynchages maoïstes de jadis on épinglait les noms et les photos des ennemis à abattre.
 
Ce mois-ci, dans l’indifférence quasi générale, même à droite, nul ne réagit à la honte pour notre justice qu’a constitué l’incroyable relaxe des auteurs racistes de « Nique la France ». Rappelons que les quelques politiciens qui s’étaient indignés de ces textes de haine anti-française, de ces photos, et des textes rapeux qui les accompagnent n’ont fait suivre leurs propos d’aucune action.
 
Alors qu’avec cinq ans de retard sur l’AGRIF M. Debono dans le journal Le Monde (10 décembre) a fini par découvrir le racisme réel de ces soi-disant antiracistes, il est accablant que notre institution judiciaire ait globalement été aussi inerte sinon complaisante pour Houria Bouteldja, Saïd Bouamama, Saïdou et autres  propagandistes de Nique la France.
Faut-il rappeler que le slogan et le geste avaient été repris mimétiquement par le terroriste du Stade de France Billal Hadfi, diffusant sur Facebook avec la même gestuelle son « Nique la police » ?
 
Après qu’elle ait « niqué » le président de la République Française en Algérie, il n’est que temps pour Christiane Taubira de débarrasser … le parquet en particulier et la justice en général de sa pitoyable gouvernance idéologique.

 
 

Les commentaires sont fermés.