Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2015

L’église conciliaire appelle à l’invasion de l’Europe .

 

 

Il ne faut pas compter sur l’église conciliaire pour prôner des mesures de sauvegarde et de défense de notre pays et de notre continent face à l’afflux massif des immigrés. Au lieu d’appeler au développement des pays pauvres et au maintien des populations sur leur terre natale, les “prélats” modernistes ne manquent pas une occasion non seulement d’afficher leur solidarité avec les migrants mais surtout d’encourager les pays européens à les accueillir massivement. 

Le “cardinal” André Vingt-Trois, “archevêque” de Paris et ci-devant président de la « conférence des évêques de France », a ainsi déclaré le 19 juin sur Europe 1 : « Repeupler les campagnes avec les migrants ? Ça peut être une solution » Alors même que la quasi-totalité de ces immigrés sont mahométans. Mais cela ne gêne absolument pas le successeur de Lustiger.

Dans le même ordre d’idées le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France a adressé un appel le 17 juin en faveur des clandestins intitulé « Migrants nous sommes tous concernés » : « Nous invitons l’ensemble des catholiques en France à changer leur regard, à se faire proches, à dépasser leurs préjugés et leurs peurs et à oser la rencontre. Il ne nous est pas possible de nous replier sur nous-mêmes et d’ignorer la misère de tant d’hommes, de femmes et d’enfants du monde entier qui cherchent seulement à vivre dignement. »

La déclaration reprend à son compte la position de Jorge Mario Bergoglio qui a exprimé sa « honte devant ce qui se passe en Méditerranée comme à Calais ». Le successeur de Benoît XVI a invité à « demander pardon » pour les « institutions qui ferment la porte à ces gens qui cherchent une famille ». Outre la déclaration de la « Conférence des évêques de France », trois autres “prélats” ont rédigé un message qui devait être lu dans les “paroisses” le dimanche 21 juin : « Aimez donc l’immigré, car au pays d’Égypte vous étiez des immigrés. » Le 18 juin sur RMC, l’un des auteurs de ce texte, “Mgr” Renauld de Dinechin, “évêque” auxiliaire de Paris, a déclaré : « Les migrants sont pacifiques », « Les Érythréens sont de jeunes hommes », « Il faut rencontrer l’autre ».

 

En visite à Turin le 21 juin, François a évoqué pour les condamner les manifestations de rejet de l’immigration massive. L’image des immigrés qui traversent la Méditerranée « fait pleurer », a-t-il dit, et « si l’immigration augmente la concurrence (économique), ils ne peuvent en être rendus coupables, parce qu’ils sont victimes de l’injustice, de l’économie du rejet et des guerres. Des êtres humains ne doivent pas être traités comme des marchandises ». C’est une constante chez Bergoglio de se prononcer en faveur de l’immigration libre et massive : « Les flux migratoires contemporains constituent le plus vaste mouvement de personnes, sinon de peuples, de tous les temps. En marche avec les migrants et les réfugiés, l’Église s’engage à comprendre les causes qui sont aux origines des migrations, mais aussi à travailler pour dépasser les effets négatifs et à valoriser les retombées positives sur les communautés d’origine, de transit et de destination des mouvements migratoires » déclarait déjà François le 19 janvier 2014 à l’occasion de la 100e journée mondiale des migrants et des réfugiés. Les propos sont très clairs : il faut vanter les bienfaits de l’immigration de masse, encourager ce phénomène. On le voit, l’église conciliaire dans son ensemble est un agent actif du suicide français et européen, un fourrier de la submersion et du Grand Remplacement. Il faut avoir le courage de le voir, de le dire et d’en tirer toutes les conséquences.

 

Car ce n’est pas une nouveauté. Tous les occupants du siège de Pierre depuis Jean XXIII ont tenu un discours favorable à l’ouverture totale des frontières, à l’invasion du Vieux Continent après avoir défendu activement la décolonisation.

Dans son message Urbi et Orbi prononcé place Saint-Pierre le dimanche de Pâques, en avril 2011, Benoît XVI appelait déjà les différents pays européens à accueillir sans réserve les immigrés mahométans venant en masse d’Afrique du Nord : « Aux nombreux exilés et aux réfugiés qui proviennent de différents pays africains et qui ont été contraints de laisser leurs affections les plus chères, que se manifeste la solidarité de tous ; que les hommes de bonne volonté soient éclairés pour ouvrir leur cœur à l’accueil, afin que de façon solidaire et concertée il soit possible de répondre aux nécessités pressantes de tant de frères ; qu’à tous ceux qui se dépensent en de généreux efforts et offrent des témoignages exemplaires en ce sens parviennent nos encouragements. » Dans son message de Noël du 25 décembre 2009, Josef Ratzinger affirmait déjà : « Face à l’exode de ceux qui émigrent de leur terre et qui sont poussés au loin par la faim, par l’intolérance ou par la dégradation environnementale (sic !), l’Eglise est une présence qui appelle à l’accueil. »

Les commentaires sont fermés.